Le président du MR a émis la possibilité que les mesures changent pour Noël. Il assure, sur Twitter, qu'au cas où les chiffres le permettent, "on tentera encore de donner plus d’humanité".

Georges-Louis Bouchez plaidait, avant le comité de concertation, pour l'adoption d'un modèle similaire au modèle canadien pour les fêtes de fin d'année. Il assurait d'ailleurs que Noël ne serait pas fêté via Skype cette année.


La ministre Verlinden a également ouvert la porte à des assouplissements pour Noël, même s'il est encore trop tôt pour le dire. Invitée sur le plateau de l'émission "C'est pas tous les jours dimanche", la ministre explique : "Ce n'est pas exclu si les chiffres vont dans une bonne direction. Aujourd'hui, on ne peut pas dire cela et je ne voudrais pas expliquer aux hôpitaux qu'il faut gérer une autre vague".

Annelies Verlinden est également revenue sur ses déclarations polémiques de la semaine dans lesquelles elle annonçait que la police pourrait sonner aux portes. "Pour être claire, ce n'est pas vraiment ce que j'avais dit". La ministre a expliqué que la police contrôlerait et interviendrait si du bruit est constaté, comme c'est déjà le cas. Ce sont donc bien les soirées "lockdown" qui sont visées par ces contrôles. "C'est dur pour tout le monde", a-t-elle rappelé, revenant sur l'interdiction de se réunir.

Frank Vandenbroucke, lui aussi invité par RTL, n'est pas du même avis. Il se montre beaucoup plus prudent et rappelle que, pour parler d'un assouplissement, il est nécessaire d'observer certains indicateurs. Pour cela, il faudra que pendant 3 semaines, moins de 800 contaminations par jour et maximum 75 hospitalisations par jour. "La chose la plus terrible est d'annoncer des assouplissements, et de devoir revenir dessus", a-t-il ajouté. "Nous avons un objectif, éviter une troisième vague. C'est la raison pour laquelle on est très prudent. Je crois que le plus beau cadeau de Noel, c'est d'éviter une 3ème vague, que le nombre de décès diminue de plus en plus."

Alexander De Croo avait averti les Belges : cette année, seules les personnes isolées pourront inviter leurs deux contacts rapprochés simultanément, soit le 24, soit le 25 décembre. Pour le reste, rien ne change : chaque foyer pourra accueillir une seule personne. "Il ne faut pas gâcher en quatre jours tout ce que nous avons accompli ces dernières semaines. Si nous devions mettre à mal tous les efforts consentis, ce serait vraiment dommage. Nous ne pouvions pas prendre ce risque", avait-il expliqué.

Les mesures annoncées par le comité de concertation sont normalement d'application jusqu'au 15 janvier. La situation sera quant à elle à nouveau évaluée par le comité de concertation au début du mois de janvier.