Les représentants du PS, du sp.a, du MR, de l'Open Vld, d'Ecolo, de Groen et du CD&V se sont quittés dimanche aux alentours de 3h30. Parmi les écueils à surmonter, il reste le budget dans un contexte de crise socio-économique sans précédent depuis des décennies. Certaines données techniques étaient attendues avant la reprise des négociations.

"Un budget donne toujours du fil à retordre. Tout le monde a de bonnes intentions au début mais il faut pouvoir les payer. On ne peut dépenser un euro qu'une seule fois", a souligné le président de l'Open Vld, Egbert Lachaert.

M. Magnette pense qu'il est "encore possible de trouver une solution ce soir". "Ce doit être une réunion au finish, le temps presse, cela fait suffisamment longtemps que l'on attend un gouvernement pour ce pays", a-t-il expliqué.

"On avance bien, le travail est constructif", a assuré le chef de groupe Ecolo à la Chambre, Georges Gilkinet. "Ce qui m'intéresse, c'est qu'on ait un bon accord de gouvernement. J'ai l'impression qu'il est sur les rails mais il y a encore du travail".

Le budget n'est pas le seul obstacle à franchir. Les négociateurs devront également s'accorder sur le nom du futur Premier ministre, en principe l'un des deux formateurs. "On n'en a pas encore parlé", a affirmé M. Magnette.