Politique belge Les socialistes Laurette Onkelinx et Rudi Vervoort ont annoncé officiellement leur choix de coalition pour le gouvernement bruxellois ce vendredi 14 mai à 11h. Ce sera donc PS-Ecolo-Défi. Depuis les élections du 26 mai, le PS avait pris la main sur les négociations du côté francophone et les rumeurs allaient bon train sur la teneur de l'alliance à venir. Le MR bruxellois repartirait donc pour cinq ans d'opposition.

"Concernant le MR, nous avions dit avant les élections que nous voulions la coalition la plus progressiste possible", a commenté Laurette Onkelinx dans la foulée.

Les dés ne sont cependant pas à 100% jetés puisqu'il faut encore que le conseil de fédération des Verts accepte de rentrer en négociation, ce vendredi soir à partir de 21h, même s'il est peu probable que la lettre d'intention des socialistes soit balayée par Ecolo.

Elke Van Den Brandt et Rudi Vervoort formateurs

"Notre lettre d'intention sera transmise a Écolo et Défi. Il ne s'agit pas d'une proposition d'accord de gouvernement. Qui se fera la semaine prochaine avec nos partenaires flamands. Cette lettre est une base de convergence. On verra si elle permet de construire une majorité globale a BXL", a déclaré Laurette Onkelinx lors de la conférence de presse tenue ce vendredi.

"Cette lettre d'intention reprend ce qui nous semble être les accents les plus importants mis en avant par les trois partenaires potentiels.C'est, entre autres, une réponse a l'urgence climatique et sociale", a poursuivi Rudi Vervoort.

Durant la conférence de presse, des libéraux flamands ont demandé aux formateurs bruxellois de "prendre le temps de la réflexion", jugeant qu'impliquer le MR dans la coalition est "utile et nécessaire". Des sorties sur Twitter qui n'ont pas échappé au regard des journalistes présents dans la salle de presse, qui ont interpellé Laurette Onkelinx à ce sujet. Cette dernière a rappelé que les électeurs belges votent dans un État fédéral et donc au sein de différentes entités fédérées. Elle s'est d'ailleurs agacée que la question qui se pose fréquemment à Bruxelles ne le soit jamais en Wallonie ou en Flandre. "Nous voulons être considérés comme Région à part entière et avancer comme tels. (...) Nous voulons la meilleure dynamique possible pour Bruxelles. Partout où on peut se passer du MR, on le fait", a-t-elle ajouté.

Dans le même temps, Elke Van Den Brandt (Groen) et Rudi Vervoort (PS) ont été nommés formateurs bruxellois.

"Un exécutif pour la fête nationale"

Cette étape étant franchie, les négociateurs pourront désormais entrer dans le dur des discussions et répartir les compétences ministérielles entre chaque membre du nouveau gouvernement bruxellois. Pour quand? Les négociateurs socialistes planchent pour la fin du mois de juillet: "Si Écolo et Défi disent oui, nous allons démarrer les premières séances de négociations aux alentours du 24 maiOn peut espérer un exécutif bruxellois pour la fête nationale", ont-ils déclaré.

Du côté néerlandophone, les trois postes (deux ministres et un secrétaire d'État) dévolus à l'alliance Groen/Open VLD/One.Brussels reviennent à Elke Van den Brandt (Groen), Sven Gatz (Open VLD), Pascal Smet (One.Brussels).