La ministre de l'Intérieur "scandalisée" par le rassemblement

"Le poisson d'avril qui a dégénéré au Bois de la Cambre aujourd'hui représente un manque de respect total pour toutes les personnes qui font de leur mieux pour respecter les mesures corona. J'ai de la compassion pour les personnes touchées par le Covid-19, les familles et proches qui ont perdu un être cher ainsi que pour les prestataires de soins de santé qui sont une fois de plus à la limite de la saturation de leurs hôpitaux. Jusqu'à ce que le virus soit maîtrisé, chacun se doit de respecter les mesures sanitaires. Le fait que des policiers aient été blessés alors qu'ils faisaient leur travail est inacceptable", a déclaré jeudi soir la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden, en réaction au rassemblement de 1.500 à 2.000 personnes qui a dégénéré au Bois de la Cambre.

La ministre Verlinden appelle à plus de civilité et de sens des responsabilités pour le bien de tous. "Cette attitude permettra d'éviter que les participants à ce rassemblement insouciant ne deviennent eux-mêmes malades. Eux aussi ont droit, si nécessaire, à un lit d'hôpital. Le sens de la responsabilité et de la citoyenneté permet d'éviter une telle situation", dit-elle.

Georges-Louis Bouchez appelle au sens des responsabilités

Coutumier du fait, le chef de parti du MR s'est quant à lui exprimé sur Twitter. "Nous sommes tous fatigués par la situation. Nous voulons retrouver nos libertés. J’y suis très sensible. Mais la liberté c’est aussi le sens des responsabilités. Des affrontements avec des policiers qui eux aussi sont à bout n’amènent rien".

"Faites plutôt comme Brad Pitt"

"Faites plutôt comme Brad Pitt : allez au musée", s’est quant à elle amusée Delphine Houba, l’échevine de la Culture de la Ville de Bruxelles sur Twitter.


Posté en début d’après-midi, le message n’a visiblement pas complètement été entendu. Vers 17h, la police a décidé d’évacuer le Bois de la Cambre en raison de la présence de milliers de personnes.

Le secteur événementiel appelle les politiques au dialogue après le faux festival La Boum

Le secteur de l'événementiel se distancie avec force du faux festival musical "La Boum" organisé jeudi au bois de la Cambre à Bruxelles et des problème survenus dans l'après-midi et la soirée. L'Event Confederation, une fédération regroupant plusieurs organisateurs d'événements, invite en outre les virologues et les politiques à accélérer la consultation du secteur au sens large pour éviter que de tels problèmes se répètent. "Avec ou sans Covid, le secteur de l'événementiel prend ses responsabilités et respecte les mesures et les accords en vigueur. Il insiste en outre sur le fait que la violence envers la police est inadmissible et ne peut jamais être tolérée", souligne Event Confederation sur sa page Facebook.

La communauté de l'événementiel dit avoir élaboré un plan de relance clair et structuré, qu'elle a soumis aux politiques et aux virologues "en vue d'une réouverture prudente et responsable". Elle demande à nouveau de recevoir des perspectives.