Ce mardi au micro de Bel RTL, Ahmed Laaouej, chef de groupe PS à la Chambre, n’a pas retenu ses coups. Interrogé sur l’idée d’une Belgique à 4 Régions, principe soutenu par le président du PS, Paul Magnette, Ahmed Laaouej a estimé “que ce n’était pas en régionalisant l’enseignement qu’on allait augmenter le niveau de scolarité.” Ce débat divise visiblement le parti socialiste. Le président de la Fédération bruxelloise du PS juge “qu’il faut partir des vrais besoins mais je ne suis pas sûr que c’est en régionalisant la culture et l’enseignement qu’on va y arriver.”

“Il faut pouvoir avoir des institutions qui fonctionnent bien. Qu’on renforce les Régions c’est une chose, mais il faut aussi tenir compte des réalités bruxelloises”, a ajouté Ahmed Laaouej sur Bel-RTL. “Je ne suis pas convaincu que les Flamands soient d’accord que des Bruxellois francophones gèrent l’enseignement flamand à Bruxelles. Il faut un peu de respect pour une institution aussi importante que la Fédération Wallonie-Bruxelles puisque j’entends que certains veulent la supprimer (Ndlr: c’est le cas de Pierre-Yves Dermagne, Vice-Premier socialiste). Et je rappelle que nous avons des ministres, Caroline Désir et Frédéric Daerden qui font un travail extraordinaire.”

La position du leader socialiste bruxellois s’oppose clairement à celle de son président de parti, Paul Magnette, selon qui une Belgique reposant sur quatre Régions fonctionnerait mieux. Un tel modèle impliquerait la fin de la présence des Communautés à Bruxelles, un modèle dépassé, à l’entendre. “Essayons d’avoir une Belgique qui fonctionne avec quatre Régions”, a expliqué le président des socialistes francophones sur le plateau de “C’est pas tous les jours dimanche” sur RTL. Deux jours plus tôt, interrogé sur la VRT, Paul Magnette déclarait: “Deux Communautés à Bruxelles, ça n’a pas de sens pour nous”, avant de plaider pour un enseignement bilingue dans la capitale. Le parti socialiste a lancé un travail de réflexion qui permettra de fixer sa future vision du pays.

Des propos qui illustrent la division entre certains régionalistes wallons, dont Paul Magnette et Pierre-Yves Dermagne, et une vision plus bruxelloise. Les relations entre Ahmed Laaouej et Paul Magnette sont par ailleurs notoirement fraîches.

Concernant un renforcement des sanctions pour le non-respect des règles Covid en vigueur, Ahmed Laaouej a d’ores et déjà estimé que “ce serait une erreur d’augmenter les amendes” pour les organisateurs et participants de fêtes. Il faut plutôt voir “si les amendes sont appliquées correctement. C’est aux procureurs généraux de nous le dire”.

Il s’est aussi opposé à la taxe kilométrique bruxelloise qui divise les partis mais fait l’objet d’un accord au sein du gouvernement bruxellois, auquel participe le PS. “Il s’agit d’une taxe antisociale est très éloignée des valeurs socialistes, a-t-il assuré. Nous ne voterons pas une taxe antisociale.”