Politique belge

Véronique Waroux, ex-députée wallonne CDH, a pris récemment la décision d'arrêter la politique. Ses relations avec l'ex-chef de groupe du parti au Parlement wallon étaient notoirement compliquées.

Dans la nuit de lundi à mardi, elle a publié un message virulent sur son compte Twitter à l'adresse de Dimitri Fourny, qui vient d'être rélégué dans l'opposition à Neufchâteau après avoir perdu sa majorité absolue. En effet, les électeurs avaient dû revoter pour les élections communales, en raison de soupçons de fraude électorale. Dimitri Fourny et des proches ont été inculpés dans cette affaire.


"Fournicator se voyait ministre. Sera-t-il conseiller de l’opposition ? Au Parlement wallon, il a blessé, humilié. Il m’a dégoûtée du parti, de la politique, de cette politique-là. À l’ancienne. Là, où on veut t’empêcher d’exprimer une position divergente. À chacun sa route, son honneur ou pas", a tweeté Véronique Waroux.

"Nos disputes devenaient insupportables"

Contactée par nos soins, l'ancienne humaniste nous dépeint un portrait peu flatteur de Dimitri Fourny. "Toutes ses attaques et humiliations m'emplissaient de honte, raconte-t-elle. Il se livrait à une telle brutalité qui n'avait pas lieu d'être dans un hémicycle, c'était un véritable excès de testostérone".

Même au sein de leur propre groupe, la tension était palpable. "Nos disputes en interne devenaient insupportables pour moi, explique Véronique Waroux. Un jour, il a été jusqu'à me dire: 'Ou tu te soumets ou tu te démets'".

Fatiguée de ces perpétuels conflits, Véronique Waroux dit en avoir parlé à son président de parti, Benoît Lutgen à l'époque. "Il m'a répondu qu'on ne touchait pas à Fourny et que c'était moi qui devais changer", rapporte-t-elle. "Il a beaucoup d'amis malgré tout, je sais que ce que j'ai fait (NDLR: le tweet incendiaire à l'égard de Dimitri Fourny) va me ruiner", admet l'ex-députée cdH.

Mme Waroux affirme que Dimitri Fourny a joué un rôle important dans sa décision de quitter la vie politique. Son choix de dénoncer aujourd'hui, haut et fort, les agissements de l'ancien bourgmestre n'est donc pas anodin. "J'avais déjà émis mes constats, mais j'ai d'abord voulu laisser l'électeur choisir, explique-t-elle se référant aux élections de ce dimanche dans la commune de Neufchâteau. Au moment de l'accord, je me suis dit qu'il était judicieux de faire savoir à qui les personnes avaient affaire".

Benoît Lutgen en discutera avec Véronique Waroux

Joint par téléphone, Benoît Lutgen a refusé de commenter ce sujet, expliquant qu'il "en discuterait de vive voix avec Véronique Waroux".

Quant à Dimitri Fourny, il n'a pas répondu à nos appels pour réagir aux propos de son ex-collègue.