Après la Wallonie vendredi et la Région bruxelloise samedi, la Flandre pourrait à son tour durcir les règles sanitaires sur son territoire. Le gouvernement flamand tient ce mardi à 18 heures un Conseil des ministres pour envisager des mesures additionnelles contre le rebond de la pandémie de coronavirus, a fait savoir le ministre-Président, Jan Jambon (N-VA), après une réunion préparatoire, lundi matin, avec ses principaux ministres. Des échanges avec des virologues, les gouverneurs de province et des responsables des secteurs économiques ont aussi eu lieu ou sont prévus.

"Nous allons continuer à faire tout ce qui est nécessaire pour endiguer la propagation du virus", a commenté M. Jambon. Ce dernier semblait réticent, ces derniers jours (dimanche encore) à prendre des mesures supplémentaires, mettant en garde contre toute "exagération".

Mais la pression est forte depuis que la Wallonie et Bruxelles ont durci leurs mesures. De nombreux virologues poussent aussi dans ce sens. "Les chiffres poursuivent leur évolution défavorable et les virologues ont émis de nouveaux avis ces dernières heures", a justifié Jan Jambon.

La grogne des bourgmestres

Pression également de bourgmestres de la périphérie bruxelloise. Vingt-cinq d’entre eux - réunis par vidéoconférence à l’initiative des maïeurs de Vilvorde et de Crainhem, Hans Bonte et Bertrand Waucquez - ont réclamé, lundi, que le gouverneur de la province du Brabant flamand prenne d’urgence de nouvelles mesures, comme la fermeture des centres de fitness et des casinos, même si toutes - telles que l’imposition d’un couvre-feu de 22 h à 6 h comme à Bruxelles - n’ont pas recueilli le plein consensus des participants.

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) a dit accueillir favorablement l’annonce de cette réunion du gouvernement flamand. Selon lui, les entités fédérées doivent, en plus du fédéral, "prendre les mesures adéquates dans leur domaine de compétences. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons limiter autant que possible la propagation du virus".

>> A lire également: Alexander De Croo met en garde la Flandre: "Nous ne pouvons pas laisser notre pays se diviser sur la lutte contre le virus"