L’action du gouvernement wallon en matière de Mobilité aura pour but d’encourager, "dans l’ordre", les déplacements à pied, en vélo et par le biais de la micromobilité douce (comme les trottinettes électriques), en transports publics, en transports privés collectifs (taxis, voitures partagées, covoiturage) et en transports privés individuels (principalement la voiture). 

Concrètement, dit la déclaration gouvernementale, "la part modale de la marche sera augmentée au minimum de 3 à 5 %, celle du vélo de 1 à 5 %, celle des transports en commun de 13 à 25 %". Cela passera notamment par l’aménagement des infrastructures. "Un montant de 80 millions d’euros par an dès 2021" sera ainsi affecté à des projets "centrés sur la mobilité douce et collective". Le gouvernement veut également renforcer l’offre des bus et les rendre "progressivement" gratuits "pour les jeunes jusqu’à 25 ans, pour les 65 ans et plus et pour les publics précarisés"

Enfin, dans le but de rendre le parc automobile wallon plus vert, la fiscalité sera adaptée. Les taxes de circulation et de mise en circulation seront revues, "à fiscalité globale inchangée, pour les moduler en fonction des émissions de CO2 et de la puissance". Le but est évidemment d’encourager l’usage des voitures les moins polluantes.