Le parti Vivant, qui compte deux élus au parlement de la Communauté germanophone, présentera une liste pour les élections du 13 juin à la Chambre dans la circonscription de Liège. Les principaux thèmes de campagne du parti portent sur la politique monétaire, l'instauration d'un revenu de base pour tous et le maintien du système fédéral, dans lequel les entités seraient soumises à un autre système de financement et les Régions assumeraient davantage de responsabilités.

Fondé en 1997 à l'initiative de l'homme d'affaires Roland Duchâtelet, sénateur qui s'est depuis lors intégré aux structures de l'Open Vld, Vivant connaît encore quelque succès en Communauté germanophone. Ses responsables ont présenté lundi à Bütgenbach leur programme. La liste sera emmenée par l'un de ses deux députés germanophones, Michael Balter.

Il estime que l'impasse dans laquelle se trouve le pays doit être l'occasion d'un redémarrage "dans l'enthousiasme". Il dénonce la politique de l'euro, qu'il estime constituer le point faible de notre système monétaire. Prônant le maintien de la Belgique, Vivant juge scandaleux que les responsables politiques actuels participent à un conflit linguistique alors que les défis socio-économiques atteignent une dimension jamais connue depuis la dernière guerre mondiale.

Le programme de Vivant plaide notamment pour un revenu de base au profit de tous les citoyens, la détaxation du travail, la réduction du nombre de ministres et parlements et la suppression des provinces.

Vivant propose aussi le (re)transfert de la souveraineté monétaire des banques privée à l'Etat ou encore l'apprentissage des trois langues nationales dès l'enseignement primaire.