Lundi, le président du PS, Paul Magnette se disait favorable à titre personnel à un appel de la Stib du jugement du tribunal du travail qui a condamné la société bruxelloise de transport public pour discrimination à l'embauche. Le même jour, le PS livrait sa position sur la question du port de signes religieux dans la fonction publique. "Le PS considère que le port des signes convictionnels doit être interdit dans le secteur public pour tous les agents qui exercent des fonctions d’autorité, c’est-à-dire des fonctions de décision et de contrainte, et qui sont en contact visuel avec le public", avait-il alors indiqué Paul Magnette dans un communiqué, affirmant que le PS continuerait à défendre le principe de neutralité de l’État "pour lequel il a toujours combattu".

Mais ce jeudi, le quotidien l'Echo soutient que Ahmed Laaouej, le président de la fédération bruxelloise du PS, se montre intransigeant dans les négociations et s'oppose fermement au recours. "Avant de chercher à convaincre Ecolo, le président du PS devrait commencer par convaincre les siens", rapporte ainsi une source proche des discussions au quotidien.

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, n'a pas manqué de réagir à ces propos. "Apparemment, chez certains la clarification n’était pas assez claire… Le #PS a définitivement tourné le dos à la laïcité pourtant inscrite dans ses fondements. Une page se tourne et pas dans le bon sens… ", s'est-il exprimé ce matin dans un tweet.