La Libre l'a annoncé en exclusivité ce vendredi matin : le MR n'a pas voulu soutenir Zakia Khattabi lors du vote qui devait désigner le nouveau juge à la Cour constitutionnelle. Cette décision des libéraux a enterré les chances de l'écologiste de siéger dans la prestigieuse institution.

Mme Khattabi n'a finalement, lors des deux tours, pas réussi à atteindre la majorité des deux tiers qui était requise. Un nouvel appel à candidatures devra être publié au Moniteur belge.

L'ancienne coprésidente d'Ecolo avait réagi avant ce vote, sachant qu'elle n'avait plus aucune chance. Sur Facebook, elle a partagé une annonce de notre journaliste Frédéric Chardon, avant d'embrayer : "Je n'aurai pas l'indécence de pleurer sur mon sort le jour où celui de milliers de travailleurs de Brussels Airlines pourrait se jouer, dans une période où des milliers d'acteurs de la culture, de l'horeca, des indépendants... se demandent de quoi demain sera fait".

L'Ixelloise poursuit : "J'ai souhaité saisir la magnifique opportunité de donner à mon engagement pour notre état de droit une nouvelle forme, non partisane et dans l'ombre. Certains en ont décidé autrement, dont acte. Je poursuis donc mon engagement politique au Parlement et j'entends le faire encore plus motivée, portée par ce que nous donnent à voir des possibles tous les héros de la crise sanitaire que nous traversons".

Zakia Khattabi signale également que "9 mois de devoir de réserve auquel je me suis astreinte dans la perspective de cette nomination prennent ainsi fin aujourd'hui".

Évoquant "une (re)naissance", l'écologiste se dit "plus déterminée que jamais, plus engagée que jamais, plus libre que jamais. Me voilà de retour, donc..."


Ecolo critique le MR

Dans la foulée du résultat, Ecolo a envoyé un communiqué de presse dans lequel le parti "condamne fermement ce rejet que rien ne justifie : ni les règles en vigueur, fixées par la loi, pour la désignation des juges à la Cour constitutionnelle, ni les qualités, l’expérience et l’attachement indiscutable de Zakia Khattabi aux valeurs démocratiques et à l’État de droit, ni le droit d’Ecolo de proposer un·e juge de son choix à la Cour Constitutionnelle".

La formation évoque des "attaques intolérables" et regrette que Zakia Khattabi "n’ait pas été jugée sur les qualités de sa candidature et ses motivations et que le débat ait été influencé par la caricature qu’en ont faite le Vlaams Belang et la N-VA à travers une campagne diffamante, mensongère et aux relents xénophobes".

Ecolo déplore en outre "qu’un parti comme le MR, historiquement attaché aux institutions de notre pays et aux usages permettant leur fonctionnement, ait dans un premier temps entretenu le doute et la confusion sur la légitimité de la candidate des écologistes, et finalement, contribué à la mobilisation à son encontre, participant ainsi à créer un grave précédent et à fragiliser le fonctionnement de notre État de droit".