La N-VA a réuni ses instances jeudi soir pour mettre un terme à un suspens devenu insoutenable et choisir un successeur à Elke Sleurs comme secrétaire d'Etat à la Lutte contre la pauvreté, à l'Egalité des chances, aux Personnes handicapées et à la Politique scientifique, chargée des Grandes villes. Pour rappel, cette dernière avait été désignée lundi pour prendre la direction des troupes nationalistes dans la ville de Gand à la place de Siegfried Bracke dont la crédibilité avait été entachée par le scandale des rémunérations à Telenet.

Deux noms avaient été cités dans les premières heures: celui de Valérie Van Peel et celui de Sarah Smeyers, toutes les deux députées fédérales. Mais la première est domiciliée dans la province d’Anvers, déjà bien servie dans la distribution des postes. Et la seconde n’est plus en odeur de sainteté au siège du parti.

C’est un troisième nom qui a émergé, celui de Zuhal Demir dont la promotion comme secrétaire d’Etat résonne comme une passation de pouvoir entre elle, la jeune députée de 36 ans, et une génération vieillissante de nationalistes limbourgeois encore dominée par le ministre fédéral Steven Vandeput et le président du Parlement flamand Jan Peumans. Zuhal Demir vient de quitter Anvers pour s’installer à Genk, où elle est née et où elle devra mener la liste N-VA lors des élections locales de 2018.

La nouvelle secrétaire d’Etat, d’origine kurde, a souvent été mise en avant par son parti comme modèle réussi d’intégration. Repérée par Jan Jambon, elle a été élue au Parlement pour la première fois en 2010. Cette juriste, spécialisée dans les matières sociales, est connue pour ne pas avoir sa langue en poche. Elle dispose par ailleurs d'un certain sens de la provocation. Il y a deux ans, elle avait accepté d’être prise en photo dans les travées de la Chambre dans des tenus sexy, provoquant certaines indignations.


Demir réagit

"Je crois vraiment aux chances que l'on reçoit ici. Je les ai saisies, et c'est là-dessus que nous devons insister", a lancé jeudi soir Zuhal Demir, qui prêtera serment ce vendredi matin. L'élue N-VA a grandi dans une famille turco-kurde, à Genk. Elle a tenu, après l'annonce du choix de sa personne pour succéder à Elke Sleurs, à remercier ses parents. "Mon père est venu travailler dans le Limbourg dans les années 70. Il a toujours dit: 'ici, tu reçois ta chance, et je veux que vous aussi vous la saisissiez'", a raconté la politicienne de 36 ans.

Zuhal Demir a demandé à bénéficier de 20 jours pour se plonger dans les dossiers laissés par Elke Sleurs. Elle s'attend ensuite à une collaboration efficace avec les autres membres du gouvernement, y compris le ministre CD&V Kris Peeters, qu'elle avait surnommé récemment la "nouvelle Madame Non".

"Je travaille très bien avec lui, au Parlement. (...) Nous allons examiner ensemble, désormais, comment nous pourrions écarter les obstacles freinant l'accès au marché de l'emploi".

De retour à Genk depuis l'an dernier, elle ne souhaite pas se prononcer sur une éventuelle candidature au mayorat de la ville limbourgeoise. "Chaque chose en son temps. Je vais le plus rapidement possible me plonger dans mon rôle de secrétaire d'Etat", avance-t-elle prudemment. Bart De Wever a d'ailleurs encore souligné qu'elle avait déménagé récemment d'Anvers à Genk pour des raisons familiales et non politiques.

Elle a prêté serment vendredi matin

Zuhal Demir a prêté serment devant le Roi vendredi matin au Palais royal de Bruxelles, en tant que secrétaire d'État fédérale à la Lutte contre la pauvreté, à l'Égalité des chances, aux Personnes handicapées et à la Politique scientifique, adjointe au ministre des Finances. La députée N-VA, originaire de Genk (Limbourg), succède à Elke Sleurs, devenue cheffe de file de son parti au conseil communal de Gand, en vue de tirer la liste pour les élections de 2018. Mme Sleurs reprenait ainsi le poste communal du président de la Chambre Siegfried Bracke, empêtré dans une controverse sur ses activités professionnelles privées.

La montée de Mme Demir au gouvernement fédéral libère un siège à la Chambre, qui sera repris par Wim Van der Donckt, juriste à Bonheiden.