Il n'est définitivement pas question d'une liste commune entre MR, CDH et Ecolo à Charleroi pour les prochaines communales, mais il n'est pas interdit aux trois partis de se rejoindre. Ils l'ont prouvé hier en présentant d'une même voix trois propositions imaginées en commun et qui concernent l'éthique et la transparence. Dans l'immédiat, la première consistera en la demande d'une ordonnance de police, qui réglementera l'affichage électoral. Les trois partis ont dénoncé tout ce qui enlaidit une ville en période électorale, ces panneaux qui affichent n'importe quoi, n'importe comment, n'importe où. La deuxième concerne un audit participatif qui va être demandé sur le fonctionnement de la Ville et de ses services, et les fonctionnaires seront appelés à y collaborer. L'étude sera pilotée par un comité d'accompagnement pluraliste, avec appel à une équipe interuniversitaire sur base d'un cahier des charges. Et les trois partis l'ont dit d'une même voix forte: cet audit sera, pour chacun d'entre eux, quelles que soient les possibles alliances, la condition sine qua non à une participation au pouvoir: s'il n'est pas réalisé d'ici octobre, il devra l'être avant l'installation de la nouvelle majorité en janvier. Dernière demande commune: réglementer les communications du Collège échevinal. Les partis de la minorité se sont rendu compte qu'il y avait parfois (souvent?) confusion entre communication et propagande personnelle. On va donc réglementer, disent-ils. Et si cela n'est pas suivi d'effets, on sanctionnera, jusqu'à faire payer par le contrevenant le prix de cette campagne fallacieuse. Tout cela sera proposé au bourgmestre dans les jours à venir.

© La Libre Belgique 2006