L'Airbus A330 loué par l'armée belge pour remplacer ses deux Airbus A310 vieillissants a fait samedi ses premiers caprices, contraignant le Premier ministre Yves Leterme et sa suite, dont le ministre de la Défense, Pieter De Crem, et plusieurs généraux à se rabattre sur un des anciens appareils pour se rendre en Afghanistan. L'Airbus, construit en 1995 et opéré durant deux ans et demi par la défunte compagnie aérienne belge Sabena, souffrait samedi matin d'une "fuite de carburant" - apparemment découverte dès vendredi soir -, a indiqué un haut responsable militaire à l'agence BELGA.

Le 15ème wing de Melsbroek, qui a mis cet appareil en service le mois dernier, a été contraint de rappeler d'urgence un autre équipage, encore qualifié sur A310, pour emmener le Premier ministre vers Douchanbé au Tadjikistan. Un seul appareil de ce type, plus ancien et victime de nombreuses pannes au cours des dernières années, reste en service. Les problèmes rencontres avec les A310 ont forcé le ministère de la Défense à envisager un remplacement plus hâtif que prévu. Son choix s'est porté sur une formule qualifiée d'"innovante", qui consiste à louer un A330 à une compagnie civile, la portugaise Hi Fly, par l'intermédiaire d'un courtier français, Avico, pour effectuer quelque 2.000 heures de vol par an avec des équipages militaires, pour un montant de douze millions d'euros maximum par an.

Mais le nouveau "Belgian Air Force One" a été victime à son tour samedi de sa première panne connue. Un porte-parole de la Défense a toutefois assuré que cet appareil avait déjà effectué, depuis son entrée en service, plusieurs vols transatlantiques sans encombre.