Le gouvernement wallon considère l'aménagement d'une gare ferroviaire sous l'aéroport de Charleroi comme prioritaire et a demandé jeudi à la SNCB de l'inscrire dans les budgets de son plan d'investissement à partir de 2013 ou 2014. En 2007, le gouvernement a retenu trois projets comme prioritaires: la modernisation de l'axe Bruxelles-Luxembourg, le "park & ride" de Louvain-la-Neuve et la nouvelle gare de Gosselies. Le coût de ce dernier dossier était estimé à 142,3 millions d'euros.

Jeudi, le gouvernement a toutefois reconsidéré les données initiales de ce dernier projet, à la suite entre autres d'une étude approfondie d'Infrabel. Il a choisi une localisation de la nouvelle gare au sud de l'autoroute E42, plutôt qu'au nord, directement sous l'aéroport et intégrée dans la liaison ferroviaire Charleroi Sud-Bruxelles Midi. Deux dessertes par heure au minimum seront assurées.

Ce choix s'inscrit dans la stratégie de développement de l'aéroport de Charleroi mise en oeuvre par le gouvernement et son positionnement en tant que second aéroport belge, après Bruxelles-National, pour le trafic passagers. Le coût sera toutefois revu à la hausse et devrait atteindre quelque 420 millions d'euros. L'exécutif régional demande à la SNCB de l'intégrer dans son programme d'investissement 2013-2020. En adressant cette demande maintenant, il entend être prêt à temps.

"Il est important que nous soyons prêts en même temps que la Flandre pour un dossier générateur de croissance économique. Nous devons être prêts pour participer à la nouvelle programmation", a souligné le ministre wallon des Transports, André Antoine.