L'homme armé d'un couteau qui retenait mardi soir en otage des clients dans un magasin Carrefour Market de la chaussée d'Alsemberg à Forest, a pu être maitrisé par les forces de l'ordre, a indiqué la zone de police de Bruxelles-Midi (Forest, Saint-Gilles, Anderlecht).

Selon la police, l'homme s'est rendu de lui même, mains sur la tête et a été arrêté par les forces de la zone police Midi. Il y avait en tout une trentaine d'otages. Il n'y a pas de blessés mais certaines personnes choquées ont été transportées à l'hôpital Molière, situé juste à côté.

L'homme n'aurait pas émis de revendication particulière et, d'après certains médias, il pourrait s'agir d'un vol qui a mal tourné. La police n'a pas encore été mesure de confirmer cette information.

Selon nos informations, le preneur d’otages est le fils de l’échevin Ahmed Ouartassi (PS), échevin des Sports, de la Petite Enfance et de l’Extrascolaire. Nouredine Ouartassi avait déjà été inquiété en 2011 suite à un homejacking commis à Forest. Il avait alors 21 ans.

"L’assaillant, d’environ 25-30 ans, avait un pistolet à la main", témoigne Claude, présent dans le magasin lors de la prise d'otage. "Je ne sais pas ce qu’il voulait exactement. Je suis resté très longtemps, trop longtemps à l’intérieur. Environ 30 minutes avant que la police nous fasse sortir par une porte dérobée. Je faisais mes courses avec mon frère et je ne peux toujours pas récupérer ma voiture qui est toujours sur le parking."

L'homme de 69 ans poursuit: "Il s’est montré très menaçant envers la pauvre caissière. Je l’ai croisé mais il ne m’a rien fait. Il discutait au téléphone, je ne sais pas avec qui. On est resté au bout des caisses. Lui était à la caisse principale et on attendait que ce calvaire se termine. Que voulez vous faire d’autre ? Il y avait une dame âgée couchée derrière les caisses. Elle était tétanisée."

Une trentaine de personnes ont reçu un soutien psychologique

Le site Molière Longchamps des Hôpitaux IRIS SUD (HIS) a pris en charge une trentaine de patients en état de stress psychologique après la prise d'otage mardi dans un magasin d'alimentation à Forest. Les équipes de la cellule de soutien psychologique ont été déployées, et tous les patients ont pu regagner leur domicile et leur famille, a communiqué vers 22h00 l'hôpital.

La responsable communication, Françoise Giblet, évoque "un stress post-traumatique" sans "stress physique au sens blessure du terme". "Les membres du personnel ont été les plus affectés", a-t-elle déclaré à Belga.

Les patients ont eu la possibilité de s'exprimer au sujet des évènements qu'ils ont vécus et d'obtenir un soutien des équipes psychologiques. La moitié en ont bénéficié, durant environ 1h30.

Une quinzaine d'autres patients n'ont pas ressenti la nécessité de parler. Ils seront recontactés mercredi pour vérifier si ils souhaitent s'exprimer et être suivis. "Le but est, pour ceux qui ne manifestent pas un besoin immédiat, de ne pas forcer", explique Mme Giblet.

"Il s'agit de situation pour laquelle les hôpitaux sont préparés, nous avons des protocoles que nous mettons en route", détaille-t-elle.