Les contrôles de police ont été intensifiés dans le centre de Bruxelles depuis les émeutes sur le boulevard Lemonnier le 11 novembre dernier. Certains jeunes dont l'identité a été contrôlée ont été pris en photo par les agents de police qui espèrent ainsi identifier des individus responsables des incidents, rapportent les titres Sudpresse vendredi. Des résidents du quartier Anneeseens témoignent avoir été contrôlés et pris en photo, et expriment leur frustration. "Il est possible que des photos de jeunes aient été prises car il y avait des doutes sur leur implication dans les émeutes", commente Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone police Bruxelles-capitale/Ixelles.

"Ce procédé a déjà permis d'identifier une personne", ajoute-t-elle. La zone de police locale assure que ce n'est pas systématique. "La présence policière en général a été renforcée dans tout le centre-ville depuis les incidents", indique la porte-parole de la zone qui concède que la prise en photo d'individus lors de contrôles d'identité n'est pas une pratique habituelle.

D'un point de vue législatif, "c'est une zone grise, il n'y a pas de réponse claire", observe Mathieu Beys, juriste et auteur de l'ouvrage "Quels droits face à la police?".

"La loi sur la fonction de police permet de traiter et récolter des données personnelles y compris les photos", commente-t-il. "Il y a un principe important en matière d'enquête judiciaire qui interdit d'aller chercher des informations sur un large groupe de personnes sans avoir des indices", indique-t-il.