C’est la semaine prochaine que le Parlement wallon votera la proposition de décret prônant l’interdiction de l’abattage rituel des animaux de boucherie au grand dam des représentants des cultes israélite et musulman qui espèrent toujours un compromis s’accordant avec la liberté du culte. 

En attendant, rue de la Régence, du côté de l’instance officielle de la religion juive, on n’en revient toujours pas des dérapages au cours du dernier débat en commission de certain(e)s élu(e)s du CDH.

Ainsi le président du Consistoire central israélite, Me Philippe Markiewicz, choqué une fois encore, par les propos de Josy Arens qualifiant de barbare l’abattage rituel, a été vraiment très interloqué par la réplique à son intervention de la part de l’élue hennuyère Véronique Waroux qui ignorait visiblement que la famille de l’avocat bruxellois est belge depuis plus de six générations. 

En effet, elle lui affirma qu’elle rentrait de "chez lui" en revenant d’Israël… De quoi désarçonner Philippe Markiewicz ? Pas vraiment, car au cours de la même séance, il a constaté que le ministre du Bien-être animal Carlo Di Antonio s’était levé lors de son intervention mais avait aussi refusé de le saluer à son départ alors qu’il était allé à sa rencontre. Un semblant de cordon sanitaire ou un manque flagrant de politesse ? 

Le représentant officiel d’un culte reconnu chez nous depuis plus de deux siècles ne comprend plus la course des autoproclamés humanistes…