La part des médecins flamands a augmenté aux dépens des bruxellois et des wallons, selon les dernières statistiques.

Quatre médecins sur dix sont désormais des femmes. La féminisation de la profession ne date pas d’hier, mais le seuil des 40 % vient d’être franchi, comme le laissent apparaître les dernières statistiques annuelles des professionnels des soins de santé, publiées par le SPF Santé publique et que "La Libre" a pu lire. Au 31 décembre 2016, la Belgique comptait sur son territoire 43 662 médecins agréés, dont 17 474 femmes, soit 40,25 %. A noter que la proportion de femmes médecins est plus forte parmi les spécialistes (40,8 %) que parmi les généralistes (39,2 %).

Un an plus tôt, les femmes représentaient 39,3 % des médecins. Deux ans plus tôt, c’était 38,4 %. Et en 2005, c’était près de 30 %. La féminisation du métier ne cesse donc de croître. Et cela n’est pas près de s’arrêter puisque, parmi les médecins en formation, 58,2 % des futurs spécialistes et 65,7 % des futurs généralistes sont des femmes.

Plus de 55 % des généralistes ont plus de 55 ans

Si l’on se penche sur la répartition géographique, on constate que la proportion de médecins domiciliés en Flandre progresse aux dépens des médecins installés en Wallonie et, surtout, à Bruxelles. Chez les généralistes, 56,1 % sont installés en Flandre, contre 55,4 % fin 2014. Dans le même temps, la part des médecins wallons est passée de 34,4 % à 34 % et celle des médecins bruxellois de 10,2 % à 9,9 %. La tendance est comparable chez les spécialistes.

Enfin, la pyramide des âges démontre, sans surprise, le vieillissement de la profession médicale. A l’échelle du pays, 56,6 % des généralistes ont plus de 55 ans. Une proportion qui passe même à 58,1 % à Bruxelles et à 61,1 % en Wallonie. On constate ce phénomène également, quoique dans une moindre mesure, parmi les spécialistes, où 45,1 % ont plus de 55 ans (48,8 % en Wallonie et 48,3 % à Bruxelles). Allo, Mme De Block ?