L'actualité sociale de la semaine aura été dominée par la grève générale du 15 décembre, et surtout par l'émoi suscité sur les réseaux sociaux après les actions de la syndicaliste Raymonde Le Lepvrier dans le magasin Lola&Liza de la rue de Fer à Namur. Le SETCa, le syndicat dont elle fait partie, a d'ores et déjà condamné des "pratiques inhabituelles" lors d'une événement qui a été "monté en épingle".

Mais le mal est fait. Alors que des milliers de personnes réclament des sanctions contre Raymonde via une pétition, on apprend que cette Bretonne d'origine a aussi "sévi" au magasin H&M de Namur. Selon la gérante de cette enseigne, Mme Le Lepvrier, accompagnée de trois autres syndicalistes, a piétiné des vêtements... au point que certains articles seraient devenus invendables! 

© D.R./Facebook


"Q uand j'ai entendu qu'elle disait sur RTL qu'elle n'avait rien abîmé, ça m'a scandalisée", raconte la gérante à nos confrères du groupe Sudpresse. "Lundi matin, ils étaient déjà venus pour nous insulter. Une vendeuse s'est fait traiter de vieille, et Raymonde a même ajouté: 'heureusement que ton mari est riche'".

Mardi, la responsable du H&M assurait qu'elle allait porter plainte à la police.

Pas de nouvelles actions syndicales avant janvier

Les trois syndicats ont décidé, mardi, au lendemain de la grève nationale qui a touché la Belgique, qu'ils n'organiseraient pas d'autres actions avant le mois de janvier, rapportent mercredi plusieurs journaux. Ils sont en effet d'avis qu'une pause est nécessaire afin de laisser la place à la concertation. Toutefois, en l'absence de garanties suffisantes de la part du gouvernement fédéral, un nouveau plan d'actions pourrait être décidé dès le mois de janvier.