La cour d'assises de Bruxelles a condamné mercredi soir les trois auteurs de l'assassinat d'Enver Hadri à la réclusion à perpétuité. Mardi, Veselin Vukotic et Andrija Draskovic ont été reconnus coupables d'avoir exécuté le crime et Bozidar Spacic de l'avoir commandité. 

Enver Hadri, président du Comité pour la défense des droits de l'Homme au Kosovo, avait été tué dans sa voiture alors qu'il était arrêté à un feu rouge, à Saint-Gilles, le 25 février 1990. Les juges professionnels et les douze jurés n'ont accordé aucune circonstance atténuante aux trois coupables et les ont condamnés à la même peine: la réclusion à perpétuité, soit la peine maximale.

Le 25 février 1990 vers 16h30, Enver Hadri se trouvait au volant de sa voiture, arrêté devant un feu rouge, tandis qu'un autre véhicule s'était déplacé à sa hauteur. La vitre du passager de ce véhicule s'était abaissée et des coups de feu avaient été tirés, selon plusieurs témoins.

Enver Hadri, âgé de 49 ans, atteint d'une balle dans la tête, était décédé.

L'enquête, longue de plusieurs années, avait conclu qu'il s'était agi d'un assassinat politique, commandité par les services de renseignement d'ex-Yougoslavie, avec l'aide logistique de la pègre de Belgrade.