En faisant siens, mercredi matin, sur la "Première", les propos du président du FDF, son homologue du MR Didier Reynders a non seulement fait réagir la Flandre au sens large, mais a aussi piqué au vif les Flamands de Bruxelles, de Pascal Smet à Brigitte Grouwels sans oublier ses "cousins" libéraux, le ministre Guy Vanhengel et le député Sven Gatz qui l’ont fait savoir dans un communiqué intitulé "Reynders déçoit les vrais Zinnekes".

Si ce duo de "echte Brusseleirs" n’est pas surpris par l’attaque d’Olivier Maingain qui "relève du fond de commerce du FDF ", ils se disent très étonnés que "le président du MR fasse ce genre de déclaration" . D’autant plus qu’"il se trouvait à la table des négociations lors des discussions sur la représentation des Flamands à Bruxelles" .

MM. Vanhengel et Gatz sont atterrés que "Didier Reynders jette de l’huile sur le feu. Plus le MR suit le FDF, plus les chances d’une stabilité politique dans le pays s’amenuisent. Le FDF devient de plus en plus ce que le N-VA était pour le CD&V. Un handicap" .

Et de conclure que "celui qui joue avec de telles propositions, doit savoir qu’il joue avec le modèle bruxellois et au final avec le modèle belge" . Le plus comique dans ce contexte est que, ce jeudi, Sven Gatz part en tandem, au propre et au figuré avec Alain Destexhe "pour jeter des ponts entre les Bruxellois, leurs langues, leurs cultures, leurs rêves" .