"Pour protéger les investissements au Congo, il est important que les accords que nous avons conclus avec le pays soient ratifiés ici aussi", a indiqué dimanche le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders après s'être entretenu avec des représentants d'entreprises belges dans ce pays d'Afrique centrale. "Nous avons conclu un accord à ce sujet en 2005, mais le Congo ne l'a toujours pas ratifié. Mon collègue des Finances Johan Van Overtveldt m'a demandé de militer pour que l'accord soit appliqué." De ses contacts avec les patrons belges au Congo, le ministre retient aussi la demande d'un fonctionnement correct de la Justice, "de telle façon que celle-ci tranche correctement en cas de conflits entre deux parties".

Outre la ratification de ces deux accords, les élections présidentielles prévues pour fin 2016 et l'insécurité dans l'est du Congo préoccupent aussi les investisseurs. Les ministres sont revenus sur ces deux thèmes à plusieurs reprises dimanche. Didier Reynders a rappelé que la Belgique se tient prête à soutenir cette élection.

"Si l'élection se déroule selon un processus correct, nous la soutiendrons, comme nous le faisons déjà, à concurrence de quelques millions d'euros, pour les élections locales d'octobre. Nous maintenons à ce sujet le dialogue avec la communauté internationale. Nous voulons en outre envoyer des observateurs, pas uniquement le jour de l'élection, mais aussi avant et après."