Depuis que le fisc opère une partie des contrôles d'impôts au moyen de programmes informatiques, les cas suspects devaient être repérés plus rapidement et plus fréquemment. Mais un des principaux programmes n'étant pas complètement opérationnel, les choses traînent, rapporte l'hebdomadaire flamand Knack qui affirme que le MR et le vice-premier Didier Reynders retardent la concrétisation complète du projet.

En 2003, le SPF Finances avait lancé l'idée d'une grande banque de données centrale qui permettrait de relier ensemble de nombreuses données utiles. Le projet était qualifié de Data Warehouse. Alors qu'avant on procédait à une sélection manuelle des dossiers en matière de contrôles d'impôts, le nouvel outil devait relier entre eux toutes sortes d'éléments et permettre d'examiner systématiquement les dossiers qui présenteraient des risques de fraude. Data Warehouse devait ainsi jouer un rôle crucial dans l'amélioration des contrôles fiscaux. Mais pour toute une série de raisons, cette amélioration tarde à se concrétiser, selon Knack. "Trois ans et 15 millions d'euros d'investissements plus tard, le programme n'est opérationnel qu'à 20 pc. Et encore cette partie opérationnelle ne fonctionne pas comme elle devrait", écrit l'hebdomadaire.

La section du programme qui comprend les données fiscales sur les biens, qui peut être d'un grand intérêt pour le département des Douanes et accises, n'a également pas démarré. En cause: le fournisseur de cette section, Siemens, a eu à sa disposition beaucoup moins de capacité hardware que ce qui avait été convenu - à peine un quart de ce qui était prévu dans le contrat. Ce qui bloque l'implémentation du programme depuis 8 mois.

En outre, la procédure pour le devis d'une nouvelle section du programme est également bloquée. Les Finances avaient sélectionné une offre mais l'Inspection des Finances l'aurait rejetée. Comme le SPF Budget a également émis un avis négatif et que le conseil des ministres a décidé par deux fois de solliciter un prolongement de l'offre, cette section a également été reportée jusqu'à fin 2009 au plus tôt.

"Ce retard encouru par la Data Warehouse est uniquement dû au manque de volonté politique de concrétiser pareil projet", déclarent plusieurs sources au sein du gouvernement. "Le MR ne veut pas que ce programme soit complètement mis en oeuvre", affirment-elles