Dans une lettre ouverte commune dont fait état mardi Le Soir, des représentants des Barreaux francophones, de l'aide aux justiciables, des directeurs des maisons de justice et des prisons francophones, des membres de l'Association syndicale des magistrats, de la Ligue des droits de l'homme et des associations d'aide aux détenus affirment que "rien ne va plus" dans la Justice.

Ils remettent à la ministre de la Justice Annemie Turtelboom et au gouvernement un "très mauvais bulletin". "Nous faisons tous le même constat. A force de prétendues politiques de gestion de crise qui n'ont même plus l'ambition d'apporter des solutions aux problèmes de fond, les responsables dégradent notre justice qui est pourtant loin de mériter la cote AAA", écrivent-ils.

Selon eux, les "choix actuels vont déshumaniser la justice et lui faire perdre son sens". "Ce gouvernement avait promis d'exonérer l'enveloppe de la Justice d'efforts budgétaires et de réformer la justice en profondeur pour qu'elle devienne plus rapide et efficace. Nous sommes terriblement déçus", concluent les signataires.

Ces derniers relèvent plusieurs problèmes, dont la surpopulation carcérale, qui a atteint un niveau record et contre lequel le gouvernement n'a rien entrepris, l'informatisation judiciaire "indigne d'un Etat moderne", l'indifférence du gouvernement à l'égard des revendications des avocats sur la rétribution des permanences Salduz et l'assistance judiciaire, etc.

La lettre est signée par des avocats, magistrats, directeurs de prison et d'associations francophones. Du côté flamand, certains n'ont pas réagi ou ont refusé de signer.