Rome crosse les catholiques belges

Belgique

Christian laporte

Publié le

Éclairage

Rien se semble échapper à l'oeil aiguisé de la Curie romaine visiblement très préoccupée ces derniers mois par la manière dont les catholiques traduisent les principes du magistère dans leur action mais aussi dans leurs réflexions quotidiennes. Surtout lorsqu'ils ont l'audace (ou l'outrecuidance ?) de prendre quelque distance avec la doctrine romaine...

Un vent (du Saint-Esprit ?) nous a ainsi rapporté que le préfet (président) de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal William Levada avait récemment interpellé le cardinal Danneels, président de la Conférence épiscopale belge à propos de plusieurs articles parus dans la revue "Pièces à conviction" du Conseil interdiocésain des laïcs, le très officieux "parlement" des fidèles catholiques francophones (dont l'alter ego flamand est l'Interdiocesaan Pastoraal Beraad).

La Congrégation pour la doctrine de la foi qui a pris le relais du Saint Office et qui est chargée depuis belle lurette de traquer les hérésies et les interprétations trop audacieuses de la doctrine de l'Église catholique a ainsi pointé deux articles du théologien dominicain Ignace Berten où ce dernier confrontait le fait de "vivre en Eglise et celui d'être face à des vivre ensemble différents" et où il s'efforçait, par ailleurs, de situer la position de l'Eglise et de la théologie dans le dialogue sur les questions éthiques. Des réflexions sur des dossiers qui restent très sensibles pour la hiérarchie ecclésiale qui éprouve toujours de la peine à entrer pleinement dans le pluralisme sociétal actuel.

Le statut de l'embryon

Selon les informations que "La Libre" a pu glaner, il apparaît en effet que l'analyse d'Ignace Berten a fortement déplu parce qu'elle montrait les limites des principes du magistère dans la confrontation avec une société de plus en plus pluraliste.

Mais l'ex-membre de la communauté de Froidmont qui fait partie aujourd'hui de celle, bruxelloise, de l'avenue de la Renaissance est en très bonne compagnie : en fait la Congrégation a découvert que dans une autre publication du Conseil interdiocésain des laïcs, celui-ci avançait des propos tout aussi incompatibles avec la doctrine de l'Eglise sur l'euthanasie, sur le statut de l'embryon et sur le relativisme moral.

C'est pourquoi, le cardinal William Levada a également demandé au cardinal Danneels d'intervenir auprès des responsables de "Pièces à conviction" afin que leurs initiatives et leurs publications soient plus en consonance avec la doctrine de l'Église catholique.

Il y a souscrire et souscrireLa missive romaine a fait l'objet d'un tour de table à la plus récente réunion de la Conférence épiscopale qui s'est tenue fin septembre à Malines. Il en résulte que les évêques belges ont souscrit aux remarques formulées par la Congrégation pour la doctrine de la foi et l'ont également fait savoir aux personnes concernées par les "coups de crosse" transalpins.

Du côté du Conseil interdiocésain des laïcs, l'on tente de faire l'exégèse de "la souscription aux remarques formulées" par les évêques belges que l'on peut de fait lire comme un simple constat mais aussi comme une prise de position au diapason de William Levada et des siens. Pour l'heure, le CIL attend surtout de plus amples précisions mais ne veut pas rompre les ponts avec la hiérarchie belge tout en tenant comme à la prunelle de ses yeux à sa liberté et son autonomie responsables...

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous