Belgique

Le dirigeant du parti néerlandais de la liberté (PVV, extrême droite) Geert Wilders et le député belge Filip Dewinter (Vlaams Belang) entendaient organiser un "safari de l'islam" ce vendredi à Molenbeek, considérée comme "un berceau de l'islamisation".

La bourgmestre de la commune, Françoise Schepmans, avait pris jeudi une ordonnance de police interdisant ce rassemblement. Apprenant cette décision, Geert Wilders a annoncé ce vendredi que des manifestations de masse contre "l'islamisation" en Belgique et aux Pays-Bas se tiendraient, estimant que l'interdiction du "safari de l'islam" constituait la "goutte qui faisait déborder le vase". Mais n'ayant pas l'intention "d'enfreindre quelque loi ou règlement que ce soit", le Néerlandais a quitté Bruxelles.

De son côté, M. Dewinter s'est malgré tout rendu à 14h30 à la place Sainctelette, située à la frontière de la commune de Molenbeek. Son but : "constater dans quelle mesure l'interdiction est appliquée".

Présent sur place, notre journaliste Bosco d'Otreppe a signalé qu'à part des journalistes et des policiers, il n'y avait pas grand monde pour entourer Filip Dewinter.

L'élu d'extrême droite est donc resté quelques minutes, sans obtenir le moindre soutien de manifestations extrémistes, puis est reparti en voiture dans l'indifférence générale.