L'ennemi public numéro 1 suite aux attaques de Paris, Salah Abdeslam, a-t-il failli être arrêté deux jours après les attentats ? Dans ses pages ce mercredi, Het Laatste Nieuws écrit que c'est ce qu'aurait sous-entendu Koen Geens auprès de VTM. Le ministre de la Justice CD&V aurait fait cette déclaration surprenante lors d'une interview (qui sera diffusée ce mercredi soir) à la chaîne flamande.

Selon Het Laatste Nieuws, Koen Geens révèle que Salah Abdeslam "se trouvait vraisemblablement dans une habitation de Molenbeek deux jours après les attentats de Paris". Les services de renseignements l'auraient localisé dans la nuit du dimanche 15 au 16 novembre mais la police ne serait pas intervenue. Pourquoi ? Het Laatste Nieuws rappelle que le Code pénal belge n'autorise pas les perquisitions entre 23h et 5h du matin, sauf en cas de flagrant délit ou d'incendie. Le terrorisme n'est (pas encore du moins) considéré comme étant une exception à cette règle. La police ne serait donc intervenue qu'à 5h.

Joint par La Libre, le cabinet Geens précise que le ministre n'a jamais dit que Salah Abdeslam se trouvait dans une maison en particulier et qu'il se serait échappé. Koen Geens aurait bien expliqué les faiblesses des heures de perquisition mais pas du tout pour pointer du doigt une défaillance éventuelle survenue dans la nuit du 15 au 16 novembre.

Le parquet fédéral relativise

Contacté par La Libre, le parquet fédéral relativise également très fortement ces informations. Il y a bien eu des perquisitions le lundi à 5 heures du matin à une adresse de Molenbeek. Elles avaient été reportées de quelques heures en raison de l'interdiction nocturne pour ce genre d'opérations. Salah Abdeslam aurait pu se trouver à cette adresse, confirme le parquet. Toutefois, ces informations se sont révélées négatives : les soupçons étaient infondés, semble-t-il. Cette adresse, comme d'autres dans la commune, figurait dans la liste des maisons à contrôler dans le cadre de la traque d'Abdeslam.

Il ne s'agirait donc pas d'une bourde policière : Salah Abdeslam n'étant pas à l'adresse en question, il ne s'est pas échappé durant la nuit en profitant des tranches horaires où les perquisitions sont interdites, toujours selon le parquet fédéral.