Marie-Christine Marghen (MR) et le groupe cdH de la Chambre ont exprimé lundi, leur satisfaction après la prise de position de la Conférence épiscopale sur les abus sexuel dans l'église.

"On a dû attendre sept semaines mais nous avons enfin une réponse des responsables de l'église et cette réponse est complète, précise et à la hauteur du travail de la Commission", a commenté Mme Marghem qui était membre de la Commission.

L'église reconnaît les victimes sans restriction et endosse la responsabilité morale des faits, a-t-elle encore souligné. Elle demande que les experts de la Commission Paul Martens et Herman Verbist et ceux de l'église se mettent vite au travail.

Selon Mme Merghem, il y aura quatre experts pour l'église: deux francophones et deux néerlandophones. Pour chaque rôle linguistique, l'un des experts représentera les évêques et l'autre les congrégations religieuses. Il s'agirait de trois juristes et d'un médecin spécialiste en soins palliatifs.

Par ailleurs, le groupe cdH a également exprimé sa satisfaction.

Pour Christian Brotcorne, membre de cette Commission, "il aurait été inconcevable et irrecevable que l'église reste sourde à cette demande, comme on a parfois pu le craindre".

Le député plaide pour que les modalités de fonctionnement de ce tribunal soient rapidement déterminées et en appelle à ce que l'ensemble des recommandations émises par la Commission soient appliquées au plus vite.