Le cdH et sa présidente, Joëlle Milquet, se sont félicités mercredi du renvoi du débat sur la séparation Eglise-Etat vers les Assises de l'Interculturalité mises en place par le gouvernement fédéral, l'automne dernier. "Le cdH estime préférable que cette proposition de loi, déposée en novembre 2007, soit abordée dans sa globalité, avec toutes les nuances et la sérénité nécessaires, plutôt que soudainement, demain, jeudi 10 décembre, en commission des Affaires institutionnelles du Sénat", juge le parti humaniste dans un communiqué.

"Les questions de neutralité et d'appartenances religieuses et philosophiques se trouvent en effet au coeur des réflexions menées dans le cadre des Assises de l'Interculturalité. Elles ne doivent pas être réservées aux seuls cénacles politiques, mais méritent d'être débattues le plus largement possible avec l'ensemble des acteurs de la société civile", conclut le cdH.