Dix-huit blindés de l'armée belge ne sont toujours pas en mesure, 10 ans après leur achat, de tirer des munitions antichars. Ils ont été commandés équipés d'un canon bon pour l'industrie belge, mais moins pour la Défense, peut-on lire mercredi dans le journal De Morgen. Le problème résiderait dans les canons de 90 mm (DF90) qui équipent certains véhicules Piranha. Il ne s'agit pas d'un souci d'usure mais le problème remonte à leur achat, intervenu lorsque l'ancien ministre de la Défense, André Flahaut (PS), se trouvait encore en fonction. Ces Piranha ont été commandés, en 2006, auprès du constructeur suisse Mowag afin de remplacer des véhicules chenillés de type Leopard.

Au sein de la Défense, la commande avait déjà suscité des questions car le 90 mm n'est pas un calibre standard au sein de l'Otan. Les chars Leopard disposaient d'ailleurs d'un canon de plus gros calibre.

Des questions s'étaient directement posées sur la procédure d'attribution du contrat. L'Inspection des Finances s'était montrée critique car seule l'entreprise wallonne CMI était en mesure de livrer ces types de canon 90 mm et seule la société Mecar produisait les munitions ad hoc. L'usine Mecar est située à Petit-Rœulx-lez-Nivelles, dans la commune hennuyère de Seneffe.

Lorsqu'il a succédé à André Flahaut, Pieter De Crem (CD&V) s'est opposé à une commande de 22 Piranha mais pour 18 autres, il était trop tard.

De son côté, le syndicat militaire indépendant CGPM déplore que l'armée n'ait pu résoudre ce problème en l'espace de 10 ans et estime que l'on peut parler de gaspillage d'argent public.

La Défense indique pour sa part que la munition flèche (utilisée jusqu'il y a peu avec des DF90, NDLR) est considérée trop rapidement comme l'agent antichar par excellence. "Cependant, ce type de munitions n'est pas le seul ou le plus approprié pour éliminer les chars ennemis. Les spécifications du Piranha indiquent également clairement que la lutte contre les chars et les véhicules blindés ennemis lourds n'est pas une de ses missions", selon la Défense.

En janvier 2019, la composante Terre a décidé, d'arrêter de tirer les munitions perforantes (flèches) sur DF90 notamment parce que cela entraînait une lourde charge sur l'équipement et que cela pouvait avoir un effet majeur sur les coûts de maintenance du système d'armes. "Désormais, le DF90 utilise principalement le type de munitions High Explosive Squash Head / Training. L'effet escompté pour les missions du DF90 peut être obtenu avec cette munition moins impactante pour le système", explique encore la Défense.