À Anderlecht, le confinement accentue la fracture sociale: "C'est une vraie bombe à retardement"

Une semaine après le décès d’Adil, fauché par un véhicule de police, et les échauffourées qui ont suivi, "La Libre" est partie à la rencontre de la population du quartier où a eu lieu le drame, à Anderlecht. La diminution du travail associatif et le cloisonnement avec les familles suscitent le malaise chez les jeunes.

Guillaume Tom
À Anderlecht, le confinement accentue la fracture sociale: "C'est une vraie bombe à retardement"

Une semaine après le décès d’Adil, fauché par un véhicule de police, et les échauffourées qui ont suivi, "La Libre" est partie à la rencontre de la population du quartier où a eu lieu le drame, à Anderlecht. La diminution du travail associatif et le cloisonnement avec les familles suscitent le malaise chez les jeunes.

Sur la place du Conseil d’Anderlecht, au pied de l’hôtel de ville,

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité