"Il n'est plus possible d'empêcher le retour des seconds résidents à la Côte"

Comme l'a annoncé Sophie Wilmès ce mercredi lors d'un nouveau Conseil national de sécurité, les résidents secondaires doivent encore attendre jusque le 8 juin, au plus tôt, pour retourner dans leur deuxième maison.

"Il n'est plus possible d'empêcher le retour des seconds résidents à la Côte"
©Belga
B. Pi.

Comme l'a annoncé Sophie Wilmès ce mercredi lors d'un nouveau Conseil national de sécurité, les résidents secondaires doivent encore attendre jusqu'au 8 juin, au plus tôt, pour retourner dans leur deuxième résidence.

Cette nouvelle annonce, conjuguée à l'assouplissement des contacts sociaux autorisant chaque personne à voir quatre de ses proches, risque de perturber les différents contrôles menés à la Côte. Actuellement, les autorités veillent à ce que les résidents secondaires ne puissent pas rejoindre leur demeure. Seuls les résidents primaires peuvent franchir les contrôles de sécurité pour aller chez eux.

Mais à partir de dimanche, il sera autorisé de revoir quatre personnes, sans limite géographique. Les déplacements seront donc de plus en plus nombreux. Pour les communes côtières, il deviendra très compliqué de contrôler tout le monde et ainsi dissocier les résidents primaires des secondaires, chacun pouvant prétexter qu'il rend visite à un proche.

Bart Tommelein (Open VLD), le maire d'Ostende, a d'ailleurs affirmé qu'il ne pourrait plus empêcher les propriétaires secondaires de rejoindre leur résidence. "Comment diable suis-je censé vérifier ça? On peut à nouveau surfer sur la mer, on peut se promener sur la plage, on peut rendre visite à la famille, mais le propriétaire d'un appartement à Ostende ne devrait pas venir voir si tout est en ordre dans son appartement sur la digue? Ce n'est tout simplement pas faisable. Je ne peux pas et ne vais pas arrêter les propriétaires", a-t-il pesté à la VRT.

Si Bart Tommelein reconnait toutefois qu'il est normal de ne pas encore pouvoir louer des biens, il estime que chaque propriétaire devrait pouvoir venir voir son domicile pour relever les compteurs, le courrier, voir si tout est en ordre et éventuellement préparer son bien pour une location dans le futur. "Je m'en tiendrai à cela: ils seront les bienvenus à partir du 18 mai. Il est tout simplement intenable de retenir les gens jusqu'en juin pour voir leur propriété en bord de mer", a asséné le bourgmestre d'Ostende.

Selon le libéral, il est impossible pour la police locale de vérifier s'il y a des personnes qui retournent dans leur résidence secondaire: "Nous ne pouvons pas actuellement vérifier si les gens entrent à Ostende et nous demandons où ils vont, car il y a maintenant suffisamment de raisons pour entrer".

Les bourgmestres de Blankenberge (Daphné Dumery) et de Bredene (Steve Vandenberghe) estiment également que les contrôles de police vont devenir compliqués. "Plus les règles sont assouplies, plus nous devons compter sur le bon sens des gens. Je ne vais pas demander à mes services de faire l'impossible. Nos services de police se concentreront davantage sur le contrôle de l'éloignement social et des rassemblements", avance Steve Vandernberghe tandis que Daphné Dumery affirme qu'il sera "impossible de déterminer les seconds résidents quand les gens pourront se rendre visite librement".

Knokke contre vents et marées

Les différents bourgmestres des communes du littoral s'étaient rencontrés durant la semaine dernière et avaient annoncé qu'ils espéraient pouvoir accueillir à nouveau les résidents secondaires à partir du lundi 18 mai. Cet espoir, qui va à l'encontre des décisions prises par le Conseil national de sécurité, avait été contredit par Leopold Lippens, maïeur de Knokke. Interrogé par La Libre, il avait affirmé qu'il continuerait à respecter les injonctions du CNS.

Interrogé par De Tijd, Leopold Lippens a déclaré ce mercredi soir : "ce que font les experts est logique, car ils ont peur qu'il y ait un pic lorsque, soudainement, 200.000 à 300.000 personnes se rendront sur la Côte (...) Voyons d'abord ce qui se passe avec l'assouplissement des mesures et l'ouverture des magasins. Je ne suis pas satisfait de ce que Bart Tommelein dit toujours. Il pense qu'il représente la Côte, mais il ne représente qu'Ostende. Je vais suivre ce que disent Sophie Wilmès et Pieter De Crem. Nous avons 21.000 résidences secondaires ici et nous sommes les plus grands de la Côte avec Middelkerke. Ostende en a beaucoup moins. Je vais m'en tenir aux règles". Le bourgmestre a encore précisé qu'il ne comptait pas instaurer de vastes contrôles, mais que les autorités knokkoises allaient tout de même "vérifier".

Ce lundi 11 mai, les bourgmestres côtiers se réuniront à nouveau pour relancer le tourisme à la mer étape par étape alors que Sophie Wilmès en appelle au civisme de la population, elle qui espère que les Belges ne retourneront pas dans leur deuxième résidence avant le 8 juin.

Sur le même sujet