Financement des hôpitaux: "Il faut revoir les écarts hallucinants entre les spécialités très rémunératrices et celles qui ne le sont pas"

L’épidémie de coronavirus a mis en lumière les défaillances et les fragilités de nos sociétés. Quelles leçons notre pays peut-il en tirer ? Quels changements pourraient être mis en œuvre sans attendre et être opérationnels dans un horizon de cinq ans ?

Financement des hôpitaux: "Il faut revoir les écarts hallucinants entre les spécialités très rémunératrices et celles qui ne le sont pas"
©GUILLAUME JC

L’épidémie de coronavirus a mis en lumière les défaillances et les fragilités de nos sociétés. Quelles leçons notre pays peut-il en tirer ? Quels changements pourraient être mis en œuvre sans attendre et être opérationnels dans un horizon de cinq ans ? Cet article s'inscrit dans un dossier "Covid-19, et maintenant ?".

Les finances des hôpitaux sont malmenées par la crise sanitaire. Pas tant par les dépenses liées au Covid-19 que par la suspension d’activités non urgentes, qui prive les institutions d’une bonne part de leurs revenus (issus des honoraires, des médicaments, etc.). Une situation qui illustre la complexité

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet