"L’idée de déménager, ce serait la mort"

L’épidémie de coronavirus a mis en lumière les défaillances et les fragilités de nos sociétés. Quelles leçons notre pays peut-il en tirer ? Quels changements pourraient être mis en œuvre sans attendre et pour être opérationnels dans un horizon de cinq ans ?

Les tomates ont bien poussé dans le carré potager. Le petit jardin a joliment fleuri. "J’aime beaucoup, dit Nicole Misson, 87 ans. Mais je ne sais plus m’en occuper." La vieille dame vit seule dans sa maison à Auderghem (Bruxelles) depuis la mort de son mari, il y a dix ans. "Je suis une antiquité mais à 65 ans, je courais comme un lapin : je faisais beaucoup...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet