Yves Van Laethem: "On a peut-être sous-estimé l’impact des enfants sur l'épidémie"

Yves Van Laethem n’exclut pas que les enfants ont une part de responsabilité dans l’évolution de l’épidémie.

School start in Schleswig-Holstein after the autumn holidays
©Reporters / DPA

Pour expliquer la stagnation des chiffres de contaminations, plusieurs pistes sont évoquées. Dont celle du retour des enfants à l’école après les vacances de Toussaint.

Une augmentation du nombre de contaminations chez les enfants et chez les adolescents est en effet constatée depuis la rentrée.

"À ce stade, on ne sait pas dans quel sens se font les contaminations. On ne sait pas si elles passent de la maison à l’école ou si c’est le contraire. Mais il est possible qu’on ait sous-estimé l’impact des petits enfants sur la propagation du virus. On est un peu dans le doute pour le moment", indique le virologue.

Celui-ci estime toutefois que les parents doivent continuer à mettre leurs enfants à l’école. "Les pédiatres continuent à dire que la présence des enfants à l’école est positive et que ne pas mettre les enfants à l’école risque de les perturber."

De plus, la hausse du nombre de contaminations parmi les jeunes enfants ne s’accompagne pas d’une hausse des hospitalisations dans cette tranche d’âge.

Yves Van Laethem estime également qu’un renforcement des mesures dans les écoles n’est pas nécessaire à l’heure actuelle, à condition que les établissements s’assurent que les mesures actuelles sont bien respectées.

Le virologue s’est par ailleurs réjoui du lancement d’une étude sur la transmission du virus dans 19 écoles primaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Cette étude devrait en effet permettre de récolter des informations plus précises sur la façon dont le virus se propage dans les écoles.

Sur le même sujet