Evoquer au prochain Comité de concertation la réouverture des restaurants ? Geert Molenberghs répond à Di Rupo

Le biostatisticien Geert Molenberghs (KUL) estime que les chiffres de l'épidémie en Belgique vont dans le bon sens. S'il est encore trop tôt pour se réjouir et si évoquer une réouverture de l'horeca est prématurée, il voit tout de même une petite lueur d'espoir.

J.Co.
Evoquer au prochain Comité de concertation la réouverture des restaurants ? Geert Molenberghs répond à Di Rupo
©BELGA

Les chiffres du coronavirus en Belgique sont toujours plus ou moins stables . Même si les nouvelles hospitalisations augmentent très légèrement depuis quelques jours, le nombre de contaminations est quant à lui à la baisse, comme les décès. Chaque jour qui passe est donc un jour de gagné. "Nous voyons que les contaminations baissent en Flandre. Il n'y a qu'en Flandre occidentale qu'on constate une augmentation", a commenté le biostatisticien Geert Molenberghs auprès de nos confrères de HLN. "Le Limbourg enregistre une baisse de 23%. C'est aussi le cas dans tout le pays. Cela monte encore à Bruxelles et à Namur, mais les chiffres évoluent favorablement dans les autres provinces wallonnes."

Pour Geert Molenbeghs, la présence du variant britannique sur notre territoire rend la situation toujours "précaire". Il reconnaît tout de même que nous avons toutes les cartes en main pour garder la situation sous contrôle. "La troisième vague est un risque, mais pas un fait accompli."

Ce lundi, le ministre-président wallon Elio Di Rupo demandait qu'on puisse envisager la réouverture des restaurants lors du prochain Comité de concertation du 26 février. Est-ce encore trop tôt ? "Nous avons encore quelques semaines devant nous d'ici là", rappelle Molenberghs. "Les chiffres fluctuent pour l'instant. Nous avons aussi entendu le Premier ministre et le ministre de la Santé. Ils ont bien dit que la réouverture des coiffeurs n'était pas le début d'une série d'assouplissements. Comme toujours, nous devons rester prudent. Si les chiffres restent favorables, que la campagne de vaccination s'accélère et que les conditions météorologiques s'améliorent, nous aurons des signes encourageants pour évoquer des assouplissements. Mais donner une date est difficile."

On comprend dès lors que les prochaines semaines seront décisives. "Nous ne sommes plus très loin du seuil des 75 hospitalisations par jour", remarque-t-il. "Cela va dans le bon sens."

Sur le même sujet