"Le patient doit savoir que s'il vient à l'hôpital début octobre, il court le risque de tomber sur un assistant pas tout à fait compétent"

Marie (prénom d'emprunt), pédiatre en formation, a accepté de témoigner anonymement de son expérience d’assistante dans différents hôpitaux.

"Le patient doit savoir que s'il vient à l'hôpital début octobre, il court le risque de tomber sur un assistant pas tout à fait compétent"
©Shutterstock
La chape de plomb est lourde. Si lourde qu'il est difficile de trouver des médecins spécialistes en formation qui acceptent de témoigner à visage découvert. Pourtant, nombre de ces assistants souhaitent dénoncer les conditions dans lesquelles ils exercent, ainsi...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité