Bruxelles: le port du masque ne sera plus obligatoire, sauf dans certaines zones

La conférence des bourgmestres en présence du ministre-président Rudi Vervoort s'est terminée ce lundi en début d'après-midi. Il a été décidé que le port du masque ne sera plus obligatoire à Bruxelles dès le 9 juin. Sauf dans les zones les plus denses : marchés, brocantes, certaines artères commerciales, etc.

Bruxelles: le port du masque ne sera plus obligatoire, sauf dans certaines zones
©JC GUILLAUME
M. L.

La conférence des bourgmestres n'aura pas duré longtemps. Après une bonne demi-heure de réunion, les 19 bourgmestres et le ministre-président Rudi Vervoort sont tombés d'accord pour une levée de l'obligation du port du masque en extérieur à Bruxelles. Plus précisément, le ministre-président Rudi Vervoort a annoncé qu'il ne prolongerait pas la mesure.

Cette levée entre en vigueur ce mercredi 9 juin. Les 19 bourgmestres sont tombés d'accord pour une levée complète de l'obligation à l'exception des zones les plus densément fréquentées. L'on pense ici aux marchés, brocantes, à certaines artères commerciales tells que la rue Neuve, etc.

Chaque bourgmestre appréciera quelles seront les zones dans lesquelles le port du masque restera obligatoire.

A Etterbeek, Vincent De Wolf (MR) a déjà annoncé qu'il n'y aura plus aucune zone où le masque sera obligatoire.

Du côté de Bruxelles-Ville, Philippe Close (PS) n'a pas encore précisé quelles artères seraient concernées par la mesure. Le socialiste a par contre "demandé à chacun de rester prudent et responsable".

Trois options étaient sur la table

Pour mémoire, la conférence des bourgmestres de ce midi évoquait le sujet du port du masque en extérieur. Trois options étaient sur la table.

Primo : les 19 bourgmestres et le ministre-président sont favorables à une levée de l'obligation du port du masque. Cette levée serait alors soumise à un agenda précis, certainement en lien avec le taux de vaccination en région bruxelloise. Cette option est partagée par le bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode Emir Kir par exemple. "Je suis favorable à l’abandon du port du masque en rue quand on est seul", rappelle-t-il. "Mais il faut étudier la date d'entrée en vigueur de cette mesure car le taux de couverture vaccinale n'est pas suffisant à Bruxelles. On pourrait fixer un taux de vaccination minimal."

Deuzio : chaque bourgmestre est libre de choisir s'il maintient ou lève l'obligation. A l'époque, cette option n'avait pas les faveurs du ministre-président, qui privilégiait la cohérence sur l'ensemble du territoire régional. C'est aussi l'avis de Boris Dilliès (MR), bourgmestre d'Uccle : "Si chaque bourgmestre est libre de sa décision, je serais partisan d'une levée de l'obligation sur le territoire ucclois. Mais je privilégie une solution homogène pour l'ensemble du territoire régional. Cela risque d'être compliqué pour les gens qui ne connaissent pas les limites communales. Et cela ne facilitera pas le travail de la police." Le libéral n'a pas d'informations sur l'issue de cette conférence des bourgmestres mais pense "que l'on peut se diriger vers une bonne nouvelle". A l'instar d'Emir Kir, il privilégie la piste d'une date précise. "Pourquoi pas le 1er juillet ? Ce n'est pas trop loin. Et des dizaines de milliers de Bruxellois supplémentaires seraient vaccinés. Cela pourrait aussi motiver plus de Bruxellois à se faire vacciner."

Dans cette même optique du chacun fait ce qu'il lui plaît, le bourgmestre de Berchem-Sainte-Agathe Christian Lamoulinne (CDH) plaide pour un retour à l'obligation du port du masque en extérieur uniquement dans des zones à forte densité ou des zones à gros flux de personnes. "Je pense ici aux abords d'écoles, sur des trottoirs commerçants trop étroits, à l'entrée des centres sportifs, sur la place Schweitzer, etc. Des lieux à forte concentration de personnes. J'avais mis ce système en place en novembre de l'année dernière. Cela avait bien fonctionné."

Tertio : pas d'avancée. Le port du masque reste obligatoire sur le territoire régional jusqu'à nouvel ordre.