Yves Van Laethem évoque "une petite crainte": "Cela va certainement se solder par une certaine augmentation du nombre de contaminations dans les 8-10 jours"

Le porte-parole interfédéral a présagé d'une légère hausse des contaminations à venir. S'il s'est montré rassurant pour les mois de juillet et août, il a mis en garde face au "point d'interrogation" de la rentrée.

Yves Van Laethem évoque "une petite crainte": "Cela va certainement se solder par une certaine augmentation du nombre de contaminations dans les 8-10 jours"
©GUIDICELLI ERIC
M.R.

La situation continue à évoluer dans le bon sens en Belgique. Tandis que tous les indicateurs poursuivent leur baisse, les hôpitaux voient le nombre de patients Covid diminuer et atteindre des niveaux que nous n'avions plus connus depuis octobre. Mais face à ces bonnes nouvelles, les experts continuent tout de même de prôner la prudence. Parmi ceux-ci, Yves Van Laethem a fait part de son inquiétude quant à l'évolution du déconfinement en Belgique, sur les ondes de La Première. "On a une petite crainte qui va sans doute se solder par une certaine augmentation du nombre de contaminations dans les 8-10 jours devant nous", a estimé le porte-parole interfédéral.

>> À lire également: Entre coups bas, évictions en douce, groupes WhatsApp privés et toute puissance d'Erika Vlieghe (Les coulisses de la crise)

Pour l'infectiologue, si ce petit rebond se produit bel et bien, c'est en raison du nombre grandissant de personnes qui se réunissent en un même endroit. "On verra bien si ça se passe ou pas", a-t-il ajouté sur La Première. "Ce n’est évidemment pas parce que les cas remontent que la flambée va être présente dans les hôpitaux, loin de là, on l’espère."

"Une grosse différence"

S'il a tout de même postulé que l'été devrait rester calme, il n'en a pas moins mis en garde contre l'automne. "C'est la rentrée le point d'interrogation", a précisé Yves Van Laethem. "Déjà, l’année passée, c’était un point d’interrogation qui s’est malheureusement très vite soldé par la deuxième vague, mais nous n’avions justement pas cette défense (la vaccination, ndlr.). C’est la grosse différence. La rentrée nous fera de toute façon un peu frissonner, c’est clair. J’espère que ce sera simplement un petit frisson d’horreur comme à la télévision, et pas une réalité."

La présidente du GEMS Erika Vlieghe avait déjà fait part d'une inquiétude assez semblable, la semaine dernière. L'infectiologue (UAntwerp) avait notamment ciblé les voyages, qui risquaient selon elle d'accentuer la présence du variant delta (indien) dans notre pays. S'appuyant sur la situation que connaît actuellement le Royaume-Uni, elle avait mis en garde la Belgique quant à un déconfinement sans limite.


Sur le même sujet