L'appel de Geert Molenberghs avant le Codeco: "Comme on l'a vu dans deux pays européens, les choses peuvent vite mal tourner même à des endroits où les chiffres sont très bons"

Le biostatisticien a cité l'exemple du Portugal et du Royaume-Uni. Selon lui, la Belgique n'est pas à l'abri d'une dégradation de sa situation sanitaire. C'est pourquoi il a appelé les politiciens à la prudence.

placeholder
© BELGA
M.R.

Un nouveau Comité de concertation se réunit, ce vendredi 18 juin, afin de discuter de la poursuite du déconfinement en Belgique. Au vu des dernières évolutions plus que favorables, les autorités devraient certainement acter la mise en place d'une série de nouveaux assouplissements, dont un élargissement de la bulle. Ce qui effraie quelque peu le biostatisticien Geert Molenberghs (KULeuven/UHasselt). "Nous devons être prudents", a-t-il déclaré auprès de nos confrères de Het Laatste Nieuws. "Nous ne devons pas être aveuglés par les tendances positives actuelles. L'assouplissement du 9 juin n'est pas encore visible dans les chiffres, il faut donc d'abord attendre de voir ce que ça va donner avant d'assouplir davantage."

Mettant en garde quant à une possible dégradation de la situation, il a cité deux exemples européens - le Royaume-Uni et Lisbonne au Portugal - pour illustrer ses dires. "Les choses peuvent vite mal tourner dans les pays où les chiffres sont très bons", a indiqué M. Molenberghs. "Cela nous préoccupe, même si nous n'observons pas encore de hausse dans nos chiffres." 

Le variant delta bientôt dominant en Belgique ?  

C'est avant tout la montée en puissance du variant delta dans notre pays qui inquiète le biostatisticien. S'il est responsable actuellement de 13% des contaminations en Belgique, il atteindra les 50% d'ici deux à trois semaines, selon l'expert.

Il s'est toutefois montré optimiste quant aux conséquences que pourrait avoir la dominance de ce variant dans notre pays. "Cela ne devrait pas mener à des situations dramatiques", a-t-il ajouté auprès de HLN. "La campagne de vaccination progresse très rapidement et nous commençons à observer des taux de vaccination élevés dans les groupes d'âge plus jeunes."

M. Molenberghs a toutefois rappelé que seules deux doses du vaccin pouvaient véritablement protéger face au variant indien. Or, actuellement seulement 30% de la population belge est tout à fait vaccinée. Le maître-mot reste donc prudence pour le biostatisticien. 


Sur le même sujet