Toute la Belgique est finalement passée en orange sur la carte de l'ECDC

placeholder
© ecdc
A.N. (st. avec Belga)

Toute la Belgique est classée orange sur la carte du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) depuis jeudi soir. Bruxelles était encore considérée comme une zone rouge quelques heures plus tôt, alors que son taux de positivité et son incidence correspondaient à un code orange. L’ECDC n’avait pas encore fait la mise à jour.

Pour passer en orange, il faut un taux de positivité compris entre 1 et 4 pour cent et une incidence se situant entre 75 et 200 infections pour 100 000 habitants.

Pour Yves Van Laethem, infectiologue et porte-parole interfédéral, la Belgique "pourrait même passer au vert avant la fin du mois." Mais ce nouveau changement pourrait être retardé à cause de la progression du variant Delta. Plus contagieux, le nouveau variant risque de devenir dominant, selon le virologue Emmanuel André.

Les codes de couleur européens sont une indication pour les États membres de l’Union européenne : ils leur permettent d’imposer des conditions de retour, telles que des quarantaines obligatoires ou la présentation de tests négatifs.

Quels changements pratiques ?

Ces changements de couleur n’ont néanmoins pas un grand impact sur les conditions d’admission dans un pays à l’heure actuelle. De manière générale, les pays de l’UE, comme la France ou l’Italie, créent leurs propres critères, sans tenir compte de la couleur des pays renseignée sur la carte européenne.

Ainsi, pour se rendre en France, un Belge devra fournir une preuve de vaccination ou, le cas échéant, la preuve d’un test PCR négatif de moins de 72 heures. Et ce, quel que soit le code couleur renseigné sur la carte européenne pour la Belgique.

Pour l’Italie, le test doit dater de 48 heures maximum et peut être PCR ou antigénique. Les autorités italiennes demandent également de remplir les fiches de traçabilité et de "se signaler auprès du service de prévention de l’autorité locale sanitaire".

placeholder
© ecdc