Près de 70 % des militaires ont une habilitation de sécurité, dix ont été retirées

Le SLFP-Défense (syndicat libéral) redoute une chasse aux sorcières, conséquence de l’affaire Conings.

placeholder
© BELGA
La locution "habilitation de sécurité" est pratiquement entrée dans le langage courant au gré de l’affaire Jürgen Conings. Ce militaire armé, retrouvé mort, dimanche, après un mois de recherches, s’était vu retirer son habilitation de sécurité dans le courant de l’année 2020 en raison de sa dangerosité potentielle et de ses accointances avec des mouvements d’extrême droite. Cela ne l’avait pas empêché de sortir des radars des organes de surveillance et de parvenir à voler des armes de guerre. La Défense et sa ministre, Ludivine...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet