Un Belge prend la tête d'une importante agence de l'Otan, la NCIA

Un Belge, Ludwig Decamps, a pris cette semaine la direction de l'agence des communications et de l'information de l'Otan (la "Nato Communications and Information Agency", NCIA) qui déploie ses activités sur près de vingt sites répartis des deux côtés de l'Atlantique, a-t-elle annoncé.

Un Belge prend la tête d'une importante agence de l'Otan, la NCIA
©Shutterstock
Belga

M. Decamps, un ancien officier des troupes blindées ayant aussi servi au sein du service de renseignement militaire, le Service général du Renseignement et de la Sécurité (SGRS) avant de rejoindre l'Otan en 2008, a succédé jeudi à l'Américain Kevin Scheid comme directeur général de la NCIA. Une fonction qu'il occupait depuis quatre ans.

Cette agence, née en 2012 de la fusion de cinq autres, est le principal fournisseur de capacités C3 (consultation, commandement, contrôle et communication) et prestataire de services SIC (systèmes d'information et de communication) de l'Alliance. Elle occupe quatre sites principaux, dont deux sont situés en Belgique (Bruxelles, une centaine de personnes, et Casteau, près de Mons, 700 à terme), à La Haye aux Pays-Bas, et à Oeiras au Portugal.

L'agence est présente sur dix-neuf sites au total, dont la plupart sont situés en Europe. Mais elle dispose aussi d'une antenne basée à Norfolk (États-Unis), où est installé le commandement suprême allié chargé de la transformation (SACT) de l'Otan.

Sur le même sujet