Le nombre de contaminations en légère hausse en Belgique : faut-il s’en inquiéter ?

Cette petite augmentation du nombre de cas est sans effet sur les hospitalisations.

placeholder
© BELGA
M.Bs (avec Belga)

Les derniers chiffres publiés ce week-end par l’Institut de santé publique Sciensano montrent une légère augmentation du nombre de contaminations. Entre le 23 et le 29 juin, 378 personnes ont été contaminées en moyenne chaque jour, soit 5 % de plus que la semaine précédente. Faut-il s’en inquiéter ?

Vaccination contre le variant Delta

Pour Stephen Van Gucht, une hausse du nombre de cas était prévisible. Le virologue avance trois facteurs en lien avec ce léger sursaut. D’abord, le variant Delta, plus contagieux, fait peu à peu sa place en Belgique. Ensuite, les assouplissements sanitaires décidés par le monde politique et l’augmentation des contacts sociaux qui s’est ensuivie favorisent la circulation du virus. Trois semaines après son instauration, il est normal que le "Plan plein air" se marque dans les indicateurs, d’après lui. Enfin, les départs en vacances et l’obligation de se munir d’un test négatif pour pouvoir voyager ont entraîné une hausse importante du nombre de dépistages.

Yves Van Laethem ne s’alarme pas non plus, tout en recommandant une certaine prudence. L’expert interfédéral prévoit que, d’ici à la fin août, on aura du variant Delta à peu près partout en Belgique. Et celui-ci sera la cause majeure des contaminations, dit-il, lors des retrouvailles du mois de septembre. Pas de quoi paniquer, toutefois, puisque les personnes les plus à risque sont quasiment toutes vaccinées. Ce qui permet, selon lui, d’éviter une hausse des nouvelles hospitalisations malgré l’augmentation actuelle des contaminations.

D’ailleurs, la campagne de vaccination se poursuit. Le cap du million de doses administrées a ainsi été franchi dimanche, en Région bruxelloise. Et la question de la vaccination des 12-15 ans sera abordée mercredi en conférence interministérielle par les différents ministres de la Santé du pays. C’est en tout cas ce qu’a indiqué dimanche le ministre-Président flamand, Jan Jambon (N-VA), devant les caméras de télévision.

"La fête comme au bon vieux temps"

À noter aussi que 250 personnes ont participé, samedi soir, à une soirée test organisée dans la salle de la Madeleine à Bruxelles. "L’objectif est de pouvoir vraiment faire la fête comme au bon vieux temps, de pouvoir danser, rencontrer des personnes et s’amuser sans masque et sans distance, sans rester dans sa propre bulle", a expliqué Delphine Houba (PS), l’échevine bruxelloise de la Culture, du Tourisme et des Grands Événements. Rappelons que le secteur de la nuit est complètement à l’arrêt depuis un an et demi. L’idée était de tester un protocole avec un système de purification d’air, l’organisation de tests antigéniques pour tous les participants et l’interdiction d’accès à ceux dont les prélèvements sont positifs.

Sur le même sujet