Intempéries en Belgique: trois nouveaux corps retrouvés à Chaudfontaine et un à Angleur, le bilan provisoire s'élève à 24 décès

La situation chaotique se poursuit ce vendredi dans le pays suite aux importantes précipitations des derniers jours. Suivez les dernières informations en direct.

placeholder
© Ennio Cameriere
La rédaction avec Belga

La journée en images :

EN IMAGES: l'eau laisse place à la désolation en Wallonie

Description : Les images au lendemain des violentes intempéries qui ont touché le sud de la Belgique.


Le fil info:

00h00 : Seule une partie du village de Dave reste privée d'eau potable sur le territoire namurois

Seule une partie du village de Dave reste privée d'eau potable sur l'ensemble du territoire namurois, a annoncé vendredi soir la Ville de Namur dans un communiqué de presse, reprenant les informations fournies par la Société wallonne des eaux (SWDE). Plusieurs rues du village de Dave seront privées d'eau potable tout le week-end.

Les habitants des rues concernées sont invités à se présenter à la caserne des pompiers de Jambes (Chaussée de Liège 55) pour obtenir des bouteilles d'eau potable.

Les rues concernées sont: Rue des Nolettes, Rue Grand Pré, Rue des Fonds de Dave, Rue Géniton, Rue du Petit Bois, Piscinte del Tayette, Rue des Hottes, Rue des Sautes, Piscinte do P'tit Bwe, Rue de la Rêche Terre, Rue du Brondia, Rue Moronceau, Fonds Messire et Rue Paradis des Lièvres.

23h34 : Le niveau de la Gette à Halen monte encore, la situation à Hasselt reste préoccupante

Le niveau d'eau de la Gette à Halen continue de monter de manière inquiétante. La situation reste également préoccupante à Hasselt. La Herck est sortie de son lit vendredi matin. Les autorités locales de Halen, en collaboration avec les pompiers, l'Agence flamande de l'environnement, la Défense et les services du gouverneur, ont pris plusieurs mesures, notamment en assurant la distribution de sacs de sable supplémentaires aux citoyens. Le centre de Halen reste par ailleurs toujours fermé à la circulation.

À Hasselt, la situation s'est stabilisée en de nombreux endroits grâce à l'amélioration des conditions météorologiques.

À Stevoort (Hasselt), la montée des eaux de la Herck - qui pourrait encore monter de 5 à 10 centimètres - causera des désagréments jusqu'à samedi.

Le niveau d'eau du Démer a quant à lui baissé depuis vendredi matin.

22h40 : Les opérations de déblayage et de nettoyage se poursuivent dans les communes liégeoises

Vendredi, les secours et les autorités communales restaient mobilisés pour continuer les opérations de déblayage et de nettoyage en province de Liège. Du côté de Trooz, le constat est implacable et les dégâts sont innombrables, comme le détaillait le bourgmestre Fabien Beltran: "Plusieurs ponts se situent sur la commune et deux d'entre eux se sont effondrés tandis que d'autres ont dû être fermés par sécurité. Actuellement, nous tentons de dégager ce qu'il reste des rues et plusieurs bâtiments sont complètement détruits. En plus des habitations, le hall omnisports et d'autres lieux n'existent plus. C'est une véritable catastrophe et on ne peut s'en rendre compte que lorsque l'on se trouve ici."

Les ministres wallons Christie Morreale, Philippe Henry et Christophe Collignon ont constaté l'ampleur des dégâts plutôt dans la journée et quatre centres de distribution de repas et de matériel ont été mis sur pied. "Nous pouvons compter sur le soutien des communes voisines qui proposent par exemple des panneaux de signalisation, car nous n'en avons plus." Après la découverte de trois corps durant la nuit de jeudi à vendredi (une personne provenant de Pepinster dans un champ et deux autres victimes à leur domicile), un quatrième corps a été retrouvé sur le toit d'une maison. "Il reste des incertitudes pour certains sinistrés avec qui nous n'arrivons pas à entrer en contact."

À Chaudfontaine, le bourgmestre Daniel Bacquelaine indiquait aux alentours de 20h00 que trois nouveaux corps avaient été retrouvés à Vaux-sous-Chèvremont et à Chaudfontaine-Source. Ce qui porte le bilan provisoire à cinq décès sur la commune.

Du côté de Visé, Herstal et Oupeye, les citoyens ayant été forcés de quitter leur domicile ou leur entreprise jeudi ont reçu le feu vert pour réintégrer les lieux.

Sur Aywaille, les dernières évacuations ont eu lieu durant la nuit de jeudi à vendredi et aucun autre décès n'est pour l'instant à déplorer, après celui constaté mercredi soir. "Une cinquantaine de personnes seront encore hébergées dans les centres et désormais nous pansons les plaies. Ce vendredi, le travail s'est surtout concentré sur la remise en état des axes principaux et des voiries communales pour permettre aux citoyens de rejoindre leurs habitations. Il reste néanmoins des désagréments avec le ruisseau entre Harzé et Aywaille, qui est sorti de son lit, et entre Nonceveux et Sedoz où des éboulements se sont produits", exposait le maïeur Thierry Carpentier.

En Hesbaye, les interventions des pompiers se réalisaient sur bon nombre des communes de la zone. Des opérations réalisées du côté de Hannut, Braives, Burdinne ou encore Wasseiges. Toujours fortement sollicités, les hommes du feu n'étaient pas en mesure de faire un bilan concernant le nombre d'appels reçus.

Leurs collègues de la zone Hemeco étaient eux aussi sur le pied de guerre. Une septantaine de personnes, enfants et animateurs, ont d'ailleurs été secourues de la maison des Polonais à Comblain-la-Tour, a indiqué le bourgmestre d'Hamoir f.f. Une opération réalisée par l'armée et les hommes du feu, sous la supervision de l'ambassade de Pologne et des autorités locales. Les personnes devaient être reconduites à Bruxelles. "La situation d'urgence n'est plus de mise sur notre commune", rassurait Michel Legros.


21H56 : Accès gratuit au parking de plusieurs gares jusqu'à la fin des perturbations

La SNCB a décidé de donner un accès libre, et donc gratuit, à plusieurs de ses gares jusqu'à la fin des perturbations consécutives aux intempéries et aux inondations qui ont touché une bonne partie de la Wallonie, indique-t-elle sur son site internet. Ce dernier renseigne également le plan de transport alternatif mis en place pour le week-end.

Dans le détail, cela concerne les gares de Ans, Arlon, Braine-l'Alleud, Braine-Le-Comte, Charleroi-Sud, Enghien, Gembloux, Genval, Huy, La Hulpe, Louvain, Liège-Guillemins, Luttre, Marchienne-au-Pont, Mons, Namur, Nivelles, Ottignies, Rixensart et Verviers.

21H40 : Le niveau et le débit de la Meuse dans le Limbourg continuent de baisser

Le niveau et le débit de la Meuse continuent de baisser, signalait vendredi soir le bourgmestre de Lanaken Marino Keulen (Open Vld). La tendance à la baisse se poursuit d'ailleurs tout le long de la Meuse dans le Limbourg belge.

Les points principaux d'attention se trouvent désormais à Geistingen et Kessenich à Kinrooi. Près de Heppeneert (Maaseik), le niveau de l'eau a baissé de 7 centimètres par rapport à 13h00.

20H46 : Le Premier ministre Alexander De Croo en visite dans les régions touchées par les intempéries ce samedi

Le Premier ministre Alexander De Croo se rendra samedi en visite dans les régions touchées par les intempéries en Flandre, en Wallonie et en Communauté germanophone, a annoncé vendredi son cabinet.

Le Premier ministre s'entretiendra avec les habitants sinistrés, les services de secours et les pouvoirs locaux afin de leur apporter un peu de réconfort et de leur assurer le soutien des autorités fédérales, a précisé le cabinet du chef du gouvernement.

20H32 : Trois nouveaux corps retrouvés à Chaudfontaine

Le bilan continue de s'alourdir dans les communes fortement touchées par les inondations en province de Liège. Vendredi vers 20h00, le bourgmestre de Chaudfontaine Daniel Bacquelaine indiquait que trois nouveaux corps avaient été retrouvés à Vaux-sous-Chèvremont et à Chaudfontaine-Source.

Ce qui porte le bilan provisoire à cinq décès sur la commune, après la découverte de deux corps jeudi soir. La cité calidifontaine fait partie des localités les plus touchées par ces inondations et le déblayage a débuté. "C'est une vision apocalyptique. Les dégâts sont colossaux et nous constatons que les voiries sont éventrées alors que les trottoirs ont disparu", raconte Daniel Bacquelaine. Les carcasses des véhicules jonchent en outre les routes de même que des dizaines d'objets.

"Il nous faudra du temps pour tout reconstruire et ce sera un travail de longue haleine, de plusieurs années", a prévenu le bourgmestre de Chaudfontaine.

Près de 20 personnes sont toujours portées disparues.

placeholder
© BELGA


20H20 : Encore des inondations dans le Limbourg et le Brabant flamand malgré l'arrêt de la pluie

Les inondations se poursuivaient vendredi soir dans les provinces du Limbourg et du Brabant flamand, même si les pluies ont cessé, a annoncé l'Agence flamande de l'environnement (VMM) vendredi après-midi. Comme beaucoup d'eau arrive encore en amont, de la Wallonie, et que les bassins d'attente sont remplis dans la plupart des endroits, les niveaux d'eau restent élevés.

Aucune autre précipitation significative n'est prévue pour la semaine à venir, pointe, plus positivement, la VMM. "Mais, en raison des précipitations prolongées, les cours d'eau inférieurs pourraient maintenir leurs niveaux d'eau élevés pendant une longue période", prévient l'agence flamande dans sa dernière mise à jour.

placeholder
© BELGA


20H15 : Les niveaux de la Senne et de la Mehaigne devraient atteindre leur maximum dans la soirée

Les niveaux d'eaux sont globalement en train de se stabiliser ou de diminuer en Wallonie. Cette tendance devrait se poursuivre dans les prochaines heures, prévoit la direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques.

Les niveaux de la Senne et de ses affluents sont cependant toujours orientés à la hausse. Le niveau maximum est attendu en fin de journée. C'est aussi le cas en aval de la Mehaigne, où le niveau devrait se stabiliser en fin de soirée.

Les risques de crue et de débordements concernent toujours principalement les rivières de la Senne, la Dyle, la Gette, l'Eau d'Heure, l'Eau blanche et l'Eau noire, la Basse et la Haute Lesse, la Lhomme, l'Ourthe, l'Amblève, la Vesdre et la Meuse.

20H00 : L'eau à nouveau potable à Huy et Marchin, la situation reste problématique en Wallonie

L'eau des communes de Huy et de Marchin est à nouveau potable, a annoncé vendredi soir la Compagnie intercommunale liégeoise des Eaux (Cile). La potabilité et l'approvisionnement de l'eau reste toutefois problématique dans de nombreuses localités, rappelle la Société wallonne des eaux.

Selon le dernier bilan de la SWDE, sont toujours impactées les communes de Dison, Stavelot, Pepinster, Verviers, Aywaille, Hannut, Lincent, Hélècine, Braisves, certaines rues de Geer et Verviers-Ensival (province de Liège), Dinant centre, Beauraing, Rivière (Profondeville), Houyet, Rochefort, Gembloux, Jemeppe-sur-Sambre et Floreffe, Arbre (province de Namur) et Pont-à-Celles (Hainaut).

Depuis jeudi soir, sont également concernées les communes de Berloz, Sambreville, Yvoir, Ciney, Marche-en-Famenne, Courcelles, et Orp-le-Grand.
La situation ne devrait pas être rétablie avant la semaine prochaine.

19H41 : Un nouveau décès à Angleur, indique la ville de Liège dans son premier bilan des intempéries

Une personne âgée a été retrouvée sans vie dans son habitation à Angleur, a annoncé la police. Le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, a confirmé l'information en fin d'après-midi lors d'un premier bilan de la situation après les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région.

Plus tôt dans l'après-midi, la Ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden avait fait état de 20 décès recensés et 20 personnes toujours portées disparues.

19H30 : Les conseils du Centre de crise


18H47 : Des pans entiers du réseau de gaz ont été emportés en province de Liège

L'amorce de la décrue rend visible les dégâts que les intempéries ont laissés sur le réseau de gaz en région liégeoise, constate vendredi Resa, le principal opérateur des réseaux de distribution d'électricité et de gaz sur place. Il faudra compter plusieurs semaines pour rétablir complètement la situation. Au total, 3.601 personnes sont privées de gaz pour le moment en province de Liège.

"Au niveau du réseau gazier, c'est avec effarement que nous constatons que des pans de réseaux ont été arrachées avec le bitume, c'est une véritable catastrophe. On aperçoit çà et là des compteurs qui flottent, et des canalisations ont complétement disparues", a réagi avec consternation Gil Simon, directeur générale de RESA.

Plusieurs semaines seront nécessaires pour effectuer les réparations, les renouvellements liés aux conduites arrachées, le remplacement des compteurs, la remise en état des conduites dans lesquelles l'eau et la boue se sont infiltrées, la remise en service tronçon par tronçon et le passage obligatoire chez tous les riverains concernés, ajoute l'opérateur.

Au niveau du réseau d'électricité, les remises en service continuent et 134 cabines ont pu être relancées. Vendredi à 16h00, 17.150 ménages restaient sans électricité, soit déjà 3.000 de moins que dans la matinée.

18H36 : Le couple royal à Pepinster en soutien aux sinistrés

Le couple royal s'est rendu vendredi après-midi à Pepinster, l'une des communes les plus touchées par les inondations de ces derniers jours.

Arrivés vers 15h30, les souverains se sont rendus dans la rue Neuve, l'une des plus affectées, où le roi Philippe et la reine Mathilde ont pu se rendre compte de la puissance de flots qui ont traversé la commune faisant, au passage, s'écrouler une vingtaine de maisons. Le Roi et la Reine ont eu l'occasion de rencontrer des habitants et des commerçants de la rue. Ils n'ont d'ailleurs pas hésité à rentrer dans certaines maisons ou établissements.

Après plus de deux heures à Pepinster, les souverains ont repris la route.

placeholder
© Ennio Cameriere



placeholder
© Ennio Cameriere


placeholder
© Ennio Cameriere

placeholder
© Ennio Cameriere


18H30 : La remise en service du trafic ferroviaire sera progressive et durera jusqu'au 30 août

Infrabel et la SNCB ont mis en place un plan de remise en service du trafic ferroviaire, ligne par ligne, après les fortes intempéries qui ont touché la Belgique et particulièrement la Wallonie, signalent les deux entreprises ferroviaires vendredi soir.

Le trafic reprendra ainsi progressivement sur les lignes touchées entre le 19 juillet et le 30 août prochains. Les trains rouleront à vitesse limitée à certains endroits. Là où le trafic ferroviaire ne peut pas encore reprendre, des bus de remplacement seront mis en circulation, dans la mesure du possible.


18H30 : Point mobilité : des dizaines de nationales encore fermées

Alors que la Wallonie constate les dégâts du déluge, le Service public de Wallonie Mobilité et Infrastructures et la SOFICO a fait le point sur l'état des lieux des principaux axes autoroutiers du sud du pays. "Il s’agit d’une liste en constante évolution, précise Héloïse Winady, porte-parole de la Sofico. Les équipes mettent tout en oeuvre pour rétablir dès que possible la circulation sur les axes endommagés suite aux intempéries."

La mobilité reste fortement perturbée dans toutes les provinces wallonnes avec des tronçons routiers fermés à la circulation en raison des inondations.

Retrouvez la liste des routes fermées à la circulation ici.

18H00 : 200 secouristes et des équipements de France, Italie, Autriche, Pays-Bas et Luxembourg

Quelque 200 secouristes et de l'aide matérielle sont venus de France, des Pays-Bas, du Luxembourg, d'Italie et d'Autriche pour prêter main forte aux secouristes belges dans les opérations de recherche et de sauvetage consécutives aux inondations meurtrières des deux derniers jours, a détaillé vendredi la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden.

La Belgique avait activé dès mercredi le mécanisme de protection civile de l'Union européenne. "Les réponses ont été très fortes", a assuré Mme Verlinden, qui avait pris contact personnellement avec plusieurs ministres des pays limitrophes.

placeholder
© BELGA


17H30 : Le gouvernement wallon détaille son aide d'urgence

Le gouvernement wallon a détaillé, vendredi, les différentes mesures prises afin de faire face aux conséquences des inondations qui ont touché la Région ces derniers jours.

L'exécutif a ainsi décidé d'initier, de sa propre initiative, une procédure de reconnaissance de calamité publique. Dans ce cadre, le Centre régional de Crise a été chargé de demander à l'Institut royal météorologique un rapport analysant les phénomènes d'inondations sur l'ensemble du territoire wallon. Dés réception de ce rapport, le gouvernement prendra un arrêté de reconnaissance des inondations comme calamité publique.

Par ailleurs, une aide d'urgence de 2,5 millions d'euros à destination des communes a été débloquée afin de leur permettre de prendre en charge les dépenses de première nécessité dans les premiers jours suivant les inondations.


Le gouvernement wallon a en outre mis en place un mécanisme de prêt sans intérêt en faveur des indépendants et entreprises touchés par les inondations.

17H20 : Un hôpital évacué en Flandre

L'évacuation complète de l'hôpital VieCuri de Venlo, deuxième ville du Limbourg néerlandais, est en cours d'accélération. Cette mesure est nécessaire, selon le président du conseil d'administration de VieCuri, Ijsbrand Schouten, car les eaux de la Meuse montent plus vite que prévu.

Tous les patients doivent être retirés de l'hôpital avant 03h00 samedi matin, selon Schouten. C'est à ce moment que le pic de la crue de la Meuse est attendu à Venlo.

Au total, 200 patients seront emmenés dans les hôpitaux environnants, dont quarante patients vulnérables. Selon M. Schouten, l'évacuation est une mesure de précaution afin d'éviter tout risque. L'armée aide l'hôpital à évacuer les patients et à les protéger de la crue des eaux.

17H10 : L’IRM enregistre un record de précipitations sur 48 heures

L'Institut royal météorologique (IRM) a enregistré un record de précipitations sur 48 heures en province de Liège, avec plus de 271 mm relevés à Jalhay et 217 mm à Spa. "C'est exceptionnel", a annoncé vendredi le responsable des prévisions météorologiques David Dehenauw sur Twitter.


16H45 : Annelies Verlinden : "Le bilan provisoire s'élève à 20 morts et 20 disparus"

Le bilan provisoire des inondations et intempéries des deux derniers jours en Belgique s'élève à 20 morts et 20 disparus, a annoncé vendredi la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden.

En outre, "9 personnes ont déjà été identifiées sur les 20 personnes décédées".


16H30: La gare de Liège-Guillemins est rouverte

La gare de Liège-Guillemins, fermée jeudi après-midi, tout comme les autres gares liégeoises, à la suite des fortes intempéries, est rouverte aux voyageurs et les trains circulent à nouveau jusque Welkenraedt, signale vendredi après-midi la SNCB.

Les gares de Liège-Carré et Liège-Saint-Lambert restent au contraire fermées.

16H05: Évacuation de la population à Verviers suite à une suspicion de fuite de gaz

Les habitants de Ensival dans la commune de Verviers ont dûévacuer les lieux ce vendredi après-midi, rapporte nos confrères de la RTBF. En cause : une suspicion de fuite de gaz liée aux dommages dus aux fortes pluies de ces derniers jours.

Heureusement, lorsque les pompiers sont arrivés sur place, ceux-ci ont remarqué qu'il s'agissait d'une fausse alerte.

16H00 : Alexander De Croo : "Le 20 juillet sera cette année un jour de deuil"

Retrouvez la conférence de presse des autorités ici.


15H59: La situation se complique en Flandre, une digue fissurée dans le Limbourg

L'eau de la Meuse se retire lentement, mais l'enjeu est que les digues de la région tiennent le coup.

La ville de Herk-de-Stad, dans le Limbourg, est actuellement confrontée à une brèche dans la digue du Démer, affluent en rive droite de la Dyle. Vendredi, l’eau y a fait une large brèche d’une dizaine de mètres, à la frontière naturelle avec Lummen.

Des travaux de rehaussement et de renforcement du mur de la digue de Heppeneert à Maaseik ont également lieu. "L'eau coule lentement, mais très lentement. La pression va rester élevée pendant un certain temps et les inquiétudes vont subsister pendant un certain temps", a déclaré le bourgmestre Johan Tollenaere (Open Vld) à HLN après la cellule de crise locale.

Des évacuations ont lieu dans toutes les communes situées le long de la Meuse dans le nord et le centre du Limbourg néerlandais.

placeholder
© BELGA


15H40: La plateforme S.O.S. Inondations met les victimes en contact avec la population épargnée

La plateforme S.O.S Inondations permet aux personnes épargnées par les intempéries de ces derniers jours d'offrir leur aide aux victimes. Ceux qui souhaitent soutenir les victimes peuvent dresser la liste de leurs services et de leurs articles à offrir via le site www.aidehulp14-7.com.

Il est également possible de répondre à des demandes d'aide spécifiques ou de se porter volontaire pour aider sur place.

15H30: Au moins 23 morts d'après un bilan provisoire établi à la mi-journée, dont 20 rien qu'en province de Liège

Alors que la plupart des cours d'eau amorcent leur décrue, le bilan des victimes ne cesse de s'alourdir. "Vingt personnes sont mortes en province de Liège", a indiqué le gouverneur Hervé Jamar au JT de la RTBF à 13h00. Parmi elles, seules six avaient déjà pu être identifiées à la mi-journée.

La situation est particulièrement dramatique dans la commune de Verviers, où au moins six personnes ont perdu la vie et plusieurs autres sont portées disparues. Des décès ont également été signalés à Trooz, Chaudfontaine, Philippeville, Aywaille, Eupen et Pepinster. Dans cette dernière commune, une barque des services de secours, avec à son bord cinq pompiers et trois rescapés, a chaviré jeudi. Si les hommes du feu ont pu être secourus, les trois autres personnes n'ont pas été retrouvées.


15H10: La décrue s'amorce en province du Luxembourg

La décrue s'amorce progressivement en province de Luxembourg mais la prudence reste de mise, a indiqué vendredi matin le gouverneur qui faisait le point sur la situation consécutive aux intempéries des jours précédents

Les débits d'eau sur l'Ourthe avaient diminué vendredi matin par rapport à la veille, sauf à Durbuy où ils restaient semblables à ceux relevés jeudi. "La plus grande prudence reste donc de mise. Ne vous approchez pas des cours d'eau", insiste le gouverneur de la province du Luxembourg par voie de communiqué. "La zone de secours a encore dû procéder à quelques opérations de secours durant la nuit pour des personnes s'étant mises en danger inutilement."

Des opérations techniques étaient encore en cours vendredi matin. "Concernant la mobilité, les axes principaux sont accessibles. Sur le réseau secondaire, la N833 (Rendeux-Hotton), la N86 (Bomal) et la N811 (Virton) sont toujours fermées. Plusieurs petites routes annexes sont encore inondées et inaccessibles." Mercredi, le gouverneur a déclenché la phase provinciale de gestion de crise à 15h00. La phase fédérale a été déclenchée par la ministre de l'Intérieur jeudi à 14h30. La cellule de crise provinciale est toujours réunie et coordonne les actions.

Le call-center 1771 est accessible de 08h00 à 22h00 pour répondre à toutes les questions administratives qui se posent, conclut le communiqué du gouverneur.

placeholder
© D.R.


14H45: Les musées de la Boverie et le Grand Curtius fermés à Liège jusque dimanche

Le musée de la Boverie, situé près de la gare des Guillemins, et le Grand Curtius, implanté dans le centre historique de Liège, resteront portes closes jusque dimanche inclus, annoncent-ils vendredi sur leur page Facebook respective. En cause : les inondations historiques qui ont déferlé sur la Cité ardente.

La Maison de la Science, située quai Van Beneden, doit aussi fermer et espère rouvrir samedi, prévient-elle sur son site internet. La Cité Miroir a, elle aussi, décidé de rester close ce vendredi bien qu'elle ait échappé aux inondations "pour permettre aux secours et équipes de nettoyage d'effectuer leur travail dans les meilleures conditions".

Le musée de la vie wallonne reste, quant à lui, bien ouvert, a-t-il indiqué à Belga. Du côté des institutions culturelles, les cinémas du groupe Les Grignoux ont rouvert leurs portes ce vendredi, signalent-ils sur Facebook. Ils avaient dû fermer jeudi à cause des inondations. Les personnes qui avaient déjà acheté une place pour une séance jeudi seront remboursées.

14H38: Macron solidaire avec la Belgique

La France est "solidaire" dans l'"épreuve" traversée par l'Allemagne, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas, touchés par de graves inondations qui ont fait plus d'une centaine de morts, a tweeté vendredi le président français Emmanuel Macron, en promettant l'aide de Paris où ce sera "utile".

"Mes pensées vont aux victimes des intempéries qui touchent durement l'Allemagne, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. La France est solidaire dans cette épreuve. Notre soutien est déjà déployé en Belgique. Il le sera partout où il sera utile", a écrit dans un tweet le chef de l'Etat français.

14H35: en Flandre, la situation se stabilise mais de nouvelles inondations ne sont pas à exclure

Aucune nouvelle précipitation n'est attendue dans les bassins du Démer, de la Meuse, de la Dyle et de la Nèthe, mais ceux-ci pourraient conserver leur niveau d'eau élevé à cause des précipitations prolongées des derniers jours. De nouvelles inondations ne sont donc pas à exclure.

14H30: la situation se stabilise en province de Namur

Tous les cours d'eau qui étaient en alerte sont en décrue vendredi midi en province de Namur, indiquent le gouverneur provincial, Denis Mathen. La Meuse et la Sambre ont notamment entamé une phase de stabilisation et commencent à baisser.

Le 112 a été appelé 120 fois entre minuit et 06h30. La zone de secours NAGE (Namur, Andenne, Gembloux, Eghezée) a encore effectué 100 interventions durant la nuit, celle de Dinaphi (Dinant-Philippeville) 150 et celle du Val de Sambre 30. Parallèlement, une dizaine de grands axes routiers restent fermés à la circulation (Haute Meuse, Namur, Rochefort-Jemelle, Mariembourg, Eghezée...). A l'heure actuelle, quelque 85.000 litres d'eau ont été acheminés par les pompiers. Par ailleurs, 4.900 colis alimentaires sont mobilisables par la province. Les zones qui restent sans eau potable sont les suivantes: Dinant centre, Beauraing, Profondeville, Rivière, Houyet, Rochefort, Gembloux (Les Isnes, Beuzet, Bossières, Longzée, Mazy), Jemeppe-sur-Sambre, Spy et Floreffe (Floriffoux sauf zoning). Depuis le début des intempéries mardi soir, une centaine d'évacuations ont été réalisées dans la province, en plus de l'évacuation d'une cinquantaine de camps de mouvements de jeunesse. Plusieurs milliers de personnes sont concernées.

14H20: La ville de Liège instaure une plateforme de dons

Pour venir en aide aux victimes des intempéries, la ville de Liège a mis en place une plateforme pour faire des dons (vêtements, main d'oeuvre, etc.).

Vous souhaitez en faire un ? C'est par ici !

Il suffit de compléter le formulaire et vous serez recontactés ultérieurement pour donner davantage d'informations. La démarche est aussi réalisable en appelant le Cabinet des Solidarités via le 04 221 8181 ou 04 221 80 53 (9h-18h).

14H02: Une péniche coule dans la Meuse

Ce vendredi, la péniche "Dove" s'est retournée et a sombré au fond de la Meuse (à Liège) alors qu'une tentative de remorquage était en cours, comme on peut le voir sur les images partagées par nos confrères de RTC Liège.



14H00: Une rue soulevée à Mont-Saint-Guibert

Dans le brabant wallon, le village de Mont-Saint-Guibert a aussi connu de gros dégâts. C'est carrément la voirie qui s'est soulevée, comme le montre la vidéo ci-dessous.


13H50: une conférence de presse organisée cet après-midi par les autorités

Alors que le bilan a grimpé à 23 personnes décédées, et que 41.000 ménages se retrouvent toujours sans électricité, Alexander De Croo, Jan Jambon, Elio Di Rupo et Annelies Verlinden donneront une conférence de presse, ce vendredi à 16H, relayent nos confrères du Soir.

13h40: Walibi Belgium ferme ses portes jusqu'à nouvel ordre

L’ampleur des dégâts est conséquente et ne permet pas, à l’heure actuelle, d’envisager une réouverture rapide du parc.

placeholder
© Walibi
placeholder
© Walibi


13h25: pas de retour à la normale avant plusieurs jours, après les pannes de gaz et d'électricité

Durant la nuit de jeudi à vendredi et vendredi matin, 90 cabines électriques ont pu être relancées, a renseigné par voie de communiqué Resa, le principal opérateur des réseaux de distribution d'électricité et de gaz dans la région liégeoise. Il reste cependant 289 cabines hors tension, ce qui correspond à un peu plus de 20.000 ménages sans électricité pour l'instant dans la province de Liège. Les équipes travaillent d'arrache-pied et des solutions provisoires sont mises en place, mais au vu de l'ampleur des dégâts, un retour à la normale n'est pas garanti avant plusieurs jours. Même si la décrue s'amorce, le poste haute tension d'Elia de Pepinster est toujours sinistré, perturbant fortement l'alimentation en électricité des communes de Pepinster, Trooz, Aywaille, Olne et Sprimont.

Au-delà, la plupart des communes localisées dans la vallée de la Vesdre, de l'Ourthe et de l'Amblève sont aussi en partie sans électricité essentiellement à Tilff, Esneux, Chaudfontaine, Comblain, Chênée et Angleur. Des efforts sont menés, cabine par cabine, pour tenter de ramener le courant et des groupes électrogènes sont réquisitionnés pour reconstruire le réseau, mais il faudra attendre plusieurs jours avant de pouvoir rétablir le courant partout.

Ores, gestionnaire de réseaux de distribution d'électricité et de gaz en Wallonie, indiquait jeudi soir également que plus de 21.000 ménages dans les communes de Baelen, Barvaux, Bomal, Cheoux, Durbuy, Eupen, Hampteau, Hodister, Hotton, Houffalize, Houyet, Limbourg, Marcourt, On (Marche-en-Famenne), Raeren, Rendeux, Rochefort, Warrizy, Spa, Theux et Verviers, étaient également touchées par ces coupures de courant. Ce qui porte donc le total pour ces deux opérateurs, à 41.000 foyers sans électricités en Wallonie.

Il est vivement conseillé aux personnes sinistrées qui reprennent possession de leur maison de ne pas tenter de relancer leurs installations électriques sans l'aval d'un électricien ou d'un organisme agréé.

Au niveau du réseau gazier, la conduite emportée par les eaux à Chênée ne pourra être réparée avant plusieurs jours et la décrue complète. Ainsi les communes et villages de Chaudfontaine, Trooz, Fraipont, Nessonvaux, Tilff et Embourg ne sont toujours pas alimentées en gaz. Il est impossible à l'heure actuelle, selon Resa, d'estimer le délai de rétablissement.

13H03: Durbuy sous eaux

La ville de Durbuy a également été frappée par les intempéries. Une photo publiée par Marc Coucke, président sur RSC Anderlecht qui s'implique et investit beaucoup dans la ville de Durbuy, en est la preuve.

12H45: de nombreux sauveteurs étrangers aident les belges à Liège

Des sauveteurs provenant d'Italie, de France, d'Autriche et des Pays-Bas et d'autres venant de Belgique sont venus au Country-Hall de Liège pour prêter main forte à la population liégeoise. Les équipes ont travaillé toute la nuit à Trooz et Chaudfontaine, indique Louis Maraitre, responsable de la communication du CHU de Liège sur Facebook.

12H25: la décrue semble en bonne voie à Namur

Les niveaux de la Meuse et de la Sambre sont en baisse vendredi matin à Namur et le pire semble être passé, indiquent les autorités communales.

La zone NAGE (Namur, Andenne, Gembloux, Eghezée) a opéré plus de 1.000 interventions durant les dernières 48 heures, dont 80 à caractère urgent. Les dégâts matériels sont importants par endroits, notamment à Malonne, Wépion ou encore La Plante, mais aucune perte humaine n'est à déplorer. Quelques personnes ont été relogées par le dispositif d'urgence sociale (DUS). Le centre d'accueil temporairement ouvert à Bouge a pu être fermé vendredi matin. Le DUS reste joignable au besoin au 0800 12 420. La plupart des routes barrées jeudi sont à nouveau ouvertes. Les tronçons qui restent problématiques sont la chaussée de Dinant près du magasin Carrefour de Wépion, la rue Armand de Wasseige à Wépion, la rue du Rivage à Dave et l'avenue de La Pairelle à La Plante.

La cellule de crise communale se réunira à nouveau dans l'après-midi afin d'envisager la suite des opérations.

12H15: le bilan grimpe à 23 morts, plus de 40.000 personnes sans électricité

Le bilan s'est alourdit du côté de Verviers et Pepinster où on déplore désormais 15 personnes décédées, a confirmé la bourgmestre Muriel Targnion à nos confrères du Soir. Elle ajoute également que la stabilité de nombreux bâtiments est menacée et que plusieurs zones vont devoir être évacuées.

Par ailleurs, le nombre de ménages walllons toujours sans électricité a également grimpé. Désormais, il y a plus de 41.000 ménages qui sont toujours sans courant, à en croire des données fournies par Ores et Resa.

Les communes les plus touchées sont celles de Baelen, Barvaux, Bomal, Court-Saint-Etienne, Durbuy, Eupen, Ferrières, Hamoir, Hotton, Houffalize, Houyet, Limbourg, Melreux, Mont-Saint-Guibert, Ohain, On (Marche-en-Famenne), Ottignies, Raeren, Rochefort, Spa, Theux et Verviers.

Ores dénombre 300 cabines de distribution inondées. Chez Resa, on en compte 289. Cela représente respectivement plus de 21.000 et 20.000 ménages.

11H35: Le Roi et la Reine se rendront à Pepinster cet après-midi

Le Roi et la Reine se rendront vers 15h30 à Pepinster, en province de Liège, a annoncé vendredi matin le Palais royal à l'agence Belga.

Pepinster a été ravagée par les inondations qui ont touché la Belgique ces derniers jours. Une personne a perdu la vie tandis que d'autres sont encore portées disparues.

Une barque des services de secours, avec à son bord cinq pompiers et trois rescapés, a notamment chaviré jeudi. Si les hommes du feu ont pu être secourus, les trois autres personnes n'ont pas été retrouvées.

Le souverain et la souveraine s'était déjà rendu jeudi à Chaudfontaine, autre commune liégeoise saccagée par les intempéries.

11H03: Le risque d'inondation autour de la centrale de Tihange "sous contrôle", rassure l'AFCN

placeholder
© BELGA


L'Agence fédérale de contrôle nucléaire a tenu à rassurer ce vendredi matin : les intempéries qui ont ravagé la région liégeoise ne mettent pas en danger la centrale de Tihange. "Le risque d'inondation autour de la centrale nucléaire de Tihange reste sous contrôle et il n'y a pas de danger immédiat pour la centrale nucléaire", a tweeté l'AFCN.

Le niveau de vigilance a toutefois été renforcé de façon préventive par l'exploitant de la centrale située en province de Liège, Engie Electrabel, ajoute l'agence fédérale sur le réseau social. L'AFCN et sa filiale chargée de réaliser les contrôles et évaluations de sûreté des centrales, Bel IV, "suivent la situation de près". Engie Electrabel avait déjà indiqué hier/jeudi que la situation était "sous contrôle" et que l'exploitant continuait "à la surveiller".

10H50: la situation stabilisée mais peu d'amélioration dans le Brabant flamand

Dans l'est du Brabant flamand, la situation était stabilisée vendredi matin, bien que l'eau ne semblait pas vouloir se retirer tout de suite, après les intenses précipitations qui ont frappé la Belgique depuis mercredi, provoquant d'impressionnantes crues.

La situation s'améliore légèrement à Aarschot, où le Démer était encore haut mais plus menaçant, et à Hoegaarden. La Gète, qui était sortie de son lit, voit à présent son niveau baisser. Les communes de Rotselaar, Geetbets et Tirlemont scrutaient, elles, par contre avec inquiétude le niveau de l'eau, qui doit encore arriver du sud du pays. Certaines sections de Geetbets étaient inaccessibles en raison de voiries inondées. "La Gète et le Melserbeek ont débordé: toute l'eau du Limbourg, du Brabant wallon et de Liège nous arrive mais, pour le moment, les habitations ne sont pas menacées", a commenté le bourgmestre de Geetbets, Jo Roggen. À Tirlemont, la situation reste problématique, selon la bourgmestre Katrien Partyka.


10H40: Le gouvernement wallon envisage "des avances aux citoyens" pour réparations

Le gouvernement wallon a déjà annoncé jeudi une série d'aides pour faire face aux conséquences les plus directes des graves inondations, principalement le déblocage immédiat de 2,5 millions d'euros pour les communes (sélectionnées par les gouverneurs). Ce montant doit "permettre aux communes d'engager du personnel, du soutien logistique, pour assurer les déblais, venir aider les citoyens le plus rapidement possible,... Le montant est liquidé tout de suite", précise vendredi matin le ministre Christophe Collignon (PS) au micro de la radio Bel RTL.

Ce n'est cependant qu'un début, assure le ministre wallon des Pouvoirs locaux. Comme l'a indiqué également Elio Di Rupo, l'exécutif wallon s'entretient vendredi matin avec un représentant d'Assuralia, porte-parole du secteur des assurances. Et "le gouvernement, ce matin, va décider que l'on attribue des avances à destination des collectivités, pour permettre de remettre en ordre les biens collectifs, chaussées, infrastructures, etc.", ajoute Christophe Collignon. Par ailleurs, "on se penchera sur la possibilité d'adresser des avances aux citoyens pour leurs biens immeubles". Le ministre appelle pour le reste à la patience. Eau potable, électricité,... : "tout cela prendra un certain temps avant d'être remis en ordre".

10H22: La situation en Hainaut est "gérable", selon les instances provinciales

La situation des intempéries en Hainaut est "gérable", ont indiqué vendredi matin les instances provinciales. La phase fédérale a été enclenchée dans la province jeudi à 14h30 pour gérer la situation causée par les intempéries. Cinq cours d'eau en Hainaut étaient sous étroite surveillance en raison d'un risque de crue: l'Eau d'Heure, l'Eau Blanche, la Haute Sambre et ses affluents, la Basse Sambre et ses affluents, la Senne et le Canal de Charleroi-Bruxelles.

Le plan communal d'urgence a été activé jeudi en fin de journée dans l'entité de Braine-le-Comte où plusieurs voiries, envahies par les eaux à cause de la saturation des égouttages, ont dû être fermées. Vendredi, les instances provinciales ont annoncé que la Haine était elle aussi sous surveillance dans le centre du Hainaut mais que la situation était "gérable". La zone de secours Hainaut-Est, qui couvre la région du grand Charleroi et le sud du Hainaut, a été la plus sollicitée des trois zones de secours hainuyères. De nombreux pompages étaient effectués, ainsi que des évacuations de riverains, notamment, à Châtelet, Bouffioulx, Fleurus, Gerpinnes ou encore Aiseau. Les instances provinciales ont précisé que la zone de secours Wallonie Picarde n'était pas impactée par la situation. Dans la région montoise, plusieurs cours d'eau ont débordé, notamment le By, la Trouille, l'Aubrecheuil. Les villages et communes de Quévy, Givry, Cuesmes, Saint-Symphorien, Harmignies, Havré, Ciply ou encore Hyon ont été touchés. "Il s'agit essentiellement d'eau dans les sous-sols des maisons proches de cours d'eau", ont indiqué les pompiers de Mons. "Il faut toutefois attendre que les eaux descendent avant d'intervenir. Des sacs de sable sont placés en attendant pour contenir les eaux avant de pouvoir pomper". Une réunion du centre de crise provincial est programmée vendredi en matinée. Un nouveau point de la situation devrait être communiqué vers la mi-journée.

placeholder
© BELGA


10H05: près de 250 interventions des pompiers à Bruxelles au cours de la journée de jeudi

Les pompiers de Bruxelles sont intervenus, au cours de la journée de jeudi, à 193 reprises pour des caves et des garages inondés, et à 29 reprises pour des chaussées et des tunnels submergés, ont-ils indiqué vendredi.

Ils ont aussi été appelés pour 10 arbres déracinés et pour 12 dégâts liés à des corniches endommagées et des plafonds effondrés. Les pompiers bruxellois interviennent aussi depuis jeudi pour apporter leur aide à leurs homologues liégeois. "Les appels 1722 de la province de Liège sont traités par la cellule d'urgence 112 de Bruxelles", a informé Walter Derieuw, porte-parole des pompiers de Bruxelles. "Et 16 de nos pompiers, avec deux auto-pompes, ont été envoyés en renfort là-bas."

De plus, huit pompiers bruxellois, dont cinq plongeurs avec du matériel de plongée et d'escalade, ont été envoyés en renfort vers la zone de secours du Luxembourg, ainsi que sept autres pompiers avec des véhicules et du matériel de pompage vers la zone de secours du Brabant flamand Est.

9H33: un premier hélicoptère de la Défense engagé


Un hélicoptère NH90 de la Défense a décollé vendredi matin de Bierset (Liège) pour participer aux missions de sauvetage et d'évacuation dans les zones inondées où des personnes attendent encore les secours. Kurt Verwilligen, porte-parole de la composante aérienne, l'a indiqué en matinée sur Radio 1 (VRT). La Défense le communique également via son site vendredi matin: l'hélicoptère est venu en aide à des personnes bloquées sur un toit à Pepinster (province de Liège).

9H25: trois corps retrouvés à Trooz

La situation est particulièrement dramatique en province de Liège, où trois corps sans vie ont été retrouvés sur la commune de Trooz vendredi matin, a indiqué le bourgmestre Fabien Beltran. Le dernier bilan national fait état de 15 décès. À Trooz, la première victime se trouvait dans un champ à l'entrée de la localité tandis que les deux autres personnes ont été découvertes à l'intérieur de leur domicile par les secours. Jeudi soir, une femme est également décédée rue de l'Église. Toutefois, selon les informations du maïeur, le décès ne serait pas lié aux inondations mais à un problème cardiaque.

La situation reste dramatique sur place et il faudra du temps pour tout reconstruire. "Les personnes qui le souhaitaient ont toutes pu être sauvées durant la nuit. Des routes et des voiries entières ont disparu en raison de la montée des eaux et nous essayons de faire de notre mieux, alors que nous manquons de matériel. Ce qui est certain, c'est qu'il nous faudra des mois et des années pour nous en remettre", a déploré Fabien Beltran.

Vendredi matin, le bilan des victimes grimpait donc à 15 décès : un mort à Eupen, un à Aywaille, un à Philippeville, deux à Chaudfontaine, six à Verviers, un à Pepinster et trois à Trooz.

9H20: la Meuse amorce sa décrue à Lanaken, la situation toujours critique à Maaseik

placeholder
© BELGA


En province de Limbourg, la Meuse a atteint son point culminant à Lanaken, où le fleuve a amorcé une légère décrue. À Maaseik, cependant, le niveau de l'eau continue de monter, le point culminant devrait être atteint dans l'après-midi, a annoncé le gouverneur Jos Lantmeeters au terme d'une réunion de crise convoquée vendredi matin.

"A Lanaken, le point culminant a probablement été atteint. On a enregistré 30 centimètres de moins que le pic historique. À certains endroits, la situation a été critique comme à Uikhoven", a-t-il précisé. À Maaseik, le niveau d'eau semble plus élevé qu'en 1993. "Le niveau d'eau y est toujours en train de croître. À Heppeneert, la situation est critique et l'eau s'infiltre dans la digue", a poursuivi le gouverneur, ajoutant que la Dommel à Pelt était à peine sortie de son lit grâce au bassin de rétention.

9H12: la circulation des lignes de bus De Lijn perturbée en Brabant flamand et Limbourg

La circulation des lignes de bus De Lijn en provinces du Brabant flamand et du Limbourg est perturbée, indique vendredi matin le porte-parole de la société de transports flamande.

Dans le Limbourg, les perturbations sont constatées dans la commune à facilités des Fourons, ainsi qu'à Maasstreek. Des lignes ne sont plus assurées non plus vers Visé (province de Liège) ou encore la gare de Maastricht aux Pays-Bas. "Dans le Limbourg, la situation sur le terrain est en constante évolution, avec des perturbations sur de nombreuses lignes", explique encore la société. Dans le Brabant flamand, les dessertes de la ville universitaire de Louvain sont perturbées. Dans cette province encore, certaines lignes sont déviées ou plus courtes, mais sur d'autres, les bus ne circulent pas du tout. La circulation n'était pas assurée à Bierbeek et Hamme-Mille.

8H53: de nombreuses rues de Visé interdites à la circulation

La situation des villes et communes se trouvant en bord de Meuse reste préoccupante. A Visé, de nombreuses personnes ont dû être évacuées par les forces de l'ordre et les services de secours. La Bourgmestre Viviane Dessart a pris un arrêté jeudi soir.

Des dizaines de rue ont été interdites à la circulation.

8H50: Le niveau de l'eau n'est pas monté durant la nuit à Liège

Une bonne nouvelle nous provient par la zone de police de Liège, qui annonce que le niveau de l'eau n'a pas monté. A Chênée, village fortement touché, le niveau de l'eau baissait ce vendredi matin.

placeholder
© BELGA


8H45: sixième décès à Verviers

La bourgmestre de Verviers, Muriel Targnion a confié à nos confrères de la RTBF qu'un sixième décès était à déplorer dans la région de Verviers.

placeholder
© BELGA


8H34: le rail reste perturbé dans l'ensemble des provinces wallonnes

Plus d'une vingtaine de lignes ferroviaires étaient encore touchées vendredi matin par des coupures de circulation liées aux intempéries, a informé vendredi matin le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire Infrabel. Alors que les ingénieurs doivent inspecter les infrastructures sous le coup de torrents et de coulées de boue, les réparations pourraient prendre des semaines.

Le Hainaut connait aussi désormais des perturbations sur plusieurs lignes, à savoir celles reliant Charleroi-Sud à Couvin (L.132/L.134), à Ottignies (L.140), à Namur (L130) et à Châtelet (L130C). La ligne entre Fleurus et Auvelais (L147) est aussi pertubée. Les perturbations ferroviaires sont aussi généralisées sur le territoire de la province de Liège, à savoir sur les lignes Namur - Liège-Guillemins (L125), Liège-Guillemins - Bomal (L43), Rivage - Gouvy (L42), Liège-Guillemins (L37) - Welkenraedt , Pepinster - Spa-Géronstère (L44), Chênée - Hammerbrücke (L3), Voroux - Kinkempois (L.36A), Kinkempois - Flémalle-Haute (L.125A), Liège-Guillemins - Visé (L.40) et Visé - Maastricht. Les dessertes ferroviaires en provinces de Namur, Luxembourg et Brabant wallon restent aussi concernées par des coupures de circulation liées aux intempéries, à savoir sur les lignes entre Gembloux et Jemeppe-sur-Sambre (L144), Ottignies et Gembloux (161), Gembloux et Namur (161), Ottignies et Sint-Joris-Weert (L139), Rochefort-Jemelle et Libramont (L162), Bomal et Marloie (L43), Namur et Dinant (L.154), Dinant et Bertrix (L.166), Namur et Marloie (L.162).

Le gestionnaire du réseau ferroviaire belge estime que "plusieurs semaines" seront nécessaires pour la réparation de certaines infrastructures endommagées par les inondations et intempéries, selon de premières prévisions. "Trois jours après le début des inondations qui ont touché la Wallonie, Infrabel n'est pas encore en mesure d'évaluer avec précision l'ampleur des dégâts car certaines zones sinistrées sont difficilement accessibles", explique le gestionnaire sur son site internet vendredi matin. L'infrastructure doit être inspectée en détails, les ingénieurs doivent en effet vérifier "la stabilité des voies et des ponts, tunnels, aqueducs qui ont pu être fragilisés par les torrents d'eau et les coulées de boue", conclut Infrabel.

8H10: des ponts menacent de s'effondrer

Le centre-ville de Wavre est complètement sous eau ce vendredi. Alors qu'il y a eu quelques inondations localisées ce jeudi, la situation s'est aggravée dans le courant de la nuit. La Dyle est sortie de son lit et deux à trois ponts menacent de s'effondrer, ont précisé les pompiers. De nombreuses rues du centre-ville sont impraticables, jusqu'au carrefour du Fin Bec. Le centre sportif Justin Peeters s'est également retrouvé sous eau.

A Liège, le pont de la Fétinne y a laissé quelques morceaux.

placeholder
© BELGA


8h05: cinq cours d'eau sous étroite surveillance en Hainaut

Cinq cours d'eau en Hainaut sont sous étroite surveillance à cause d'un risque de crue, a indiqué jeudi soir le gouverneur de la province de Hainaut, Tommy Leclercq, dans le cadre de la situation causée par les intempéries et gérée en phase fédérale depuis 14h30. Il s'agit de l'Eau d'Heure, l'Eau Blanche, la Haute Sambre et ses affluents, la Basse Sambre et ses affluents, la Senne et le Canal de Charleroi-Bruxelles. La zone de secours Hainaut-Est, couvrant la région du grand Charleroi et le sud du Hainaut, était la plus sollicitée des trois zones hainuyères jeudi à 19h. De nombreux pompages étaient effectués, ainsi que des évacuations de riverains, notamment, à Châtelet (1), Bouffioulx (5), Fleurus (1), Gerpinnes (10) ou encore Aiseau (11).

La situation semblait maitrisée en début de soirée, bien que quelques débordements ou inondations avaient encore lieu, notamment, dans la commune de Braine-Le-Comte. La situation est suivie de près par l'ensemble des services.

Les instances provinciales ont encore précisé que la zone de secours Wallonie Picarde n'était pas impactée par la situation.

La phase provinciale d'urgence a été déclenchée jeudi, selon la communication de la province vers 15h30. Celle-ci précisait encore qu'à ce stade deux camps de jeunesse avaient été évacués dans la Botte du Hainaut.

7h55: la tendance largement à la stabilisation, voire à la baisse, pour les cours d'eaux wallons

La tendance est à la baisse ou à la stabilisation pour de multiples cours d'eau ayant atteint des seuils de crues inouïs en Wallonie, selon une mise à jour de l'état des eaux en Wallonie vers 07h00, vendredi, par la direction générale opérationnelle des voies hydrauliques wallonnes.

placeholder
© dr

Dans les provinces de Hainaut et du Brabant wallon, les niveaux sont toujours orientés à la hausse pour la Senne et ses affluents. Le maximum est attendu en cours de matinée.

Sur le canal Bruxelles-Charleroi , le niveau des flots est à la baisse et la tendance devrait se poursuivre dans la matinée.

Le bassin de la Haine est aussi entré en phase d'alerte en province de Hainaut, sur les communes de Honnelles, La Louvière, Le Roeulx et Mons. Les niveaux maximums sont atteints en certains endroits ou sont toutefois en phase de stabilisation.

Dans le Brabant wallon les rivières de la Gette et de la Dyle se stabilisent également.

Sur le fleuve mosan , les débits sont désormais orientés à la baisse en haute Meuse, en province de Namur. Cette tendance devrait se poursuivre dans les prochaines heures, estime la DG. La Meuse moyenne et la basse Meuse sont en phase de stabilisation, au fil des provinces de Namur et Liège.

En province de Liège, les niveaux d'eau qui étaient encore à la hausse en cours de nuit pour la Mehaigne et ses affluents, près de Burdinne, Huy et Wanze, sont globalement en phase de stabilisation et vont progressivement s'orienter à la baisse durant les prochaines heures, selon la DG .

En province de Liège toujours, les niveaux d'eau de la Vesdre , de l'Amblève et de leurs affluents sont en baisse et la tendance va se poursuivre au cours des prochaines heures alors que les entités d'Eupen, Pepinster, Theux, Verviers ou encore Aywaille, entre autres, ont été gravement inondées.

Sur l'Ourthe , en province de Liège et Luxembourg, la tendance à la baisse progressive se confirme à Hamoir, Durbuy, Erezée, Hotton et Rendeux, Houffalize La Roche-en-Ardenne, mais aussi Chaudfontaine, Comblain-au-pont, Esneux et Sprimont, localités qui avait aussi été gravement touchées les heures passées.

Plus au sud, en province du Luxembourg, la baisse de la Lesse , de la Lhomme et de leurs affluents se poursuit.

À la frontière luxembourgeoise, les débits maximums dans le bassin de la Chiers sont atteints et la tendance y aussi est à une lente baisse.

Dans la botte du Hainaut, les niveaux de l'Eau d'Heure et ses affluents sont globalement en phase de stabilisation voire de baisse, une tendance qui va se poursuivre. La stabilisation est déjà en cours pour l'Eau blanche et l'Eau Noir est en baisse lente.

En dépit des constats plus optimistes, la majeure partie du territoire wallon reste placé en alerte de crue par la direction générale opérationnelle des voies hydrauliques wallonnes.

6h40: plus de 20.000 personnes privées d'électricité

Plus de 21.000 personnes sont sans électricité au sud du pays en raison des intempéries, selon le décompte du gestionnaire de réseaux de distribution d'électricité et de gaz en Wallonie, Ores. "Les conditions d'accès au réseau de distribution électrique sont très compliquées", décrit le gestionnaire sur son site internet. Pas moins de 300 cabines de distribution sont inondées et "il est impossible pour nos équipes d'y accéder", déplore Ores.

Le gestionnaire assure que ses techniciens "réalisent l'impossible" pour maintenir au mieux l'alimentation électrique dans ces conditions.

Les communes qui sont touchées sont Baelen, Barvaux, Bomal, Cheoux, Durbuy, Eupen, Hampteau, Hodister, Hotton, Houffalize, Houyet, Limbourg, Marcourt, On (Marche-en-Famenne), Raeren, Rendeux, Rochefort, Warrizy, Spa, Theux et Verviers.

Outre la distribution d'électricité, la mobilité reste fortement perturbée dans toutes les provinces wallonnes. Quelques communes sont aussi privées d'eau potable dans les provinces de Liège, de Namur et du Brabant wallon.

6h30: toutes les personnes évacuées ont été prises en charge dans le Brabant wallon

Pour faire face aux inondations et alertes de crue des cours d'eau en province du Brabant wallon, les équipes d'intervention étaient toujours à pied d'œuvre vers 23h jeudi, communique le centre de crise provincial. Toutes les personnes évacuées ont été prises en charge, soulignent les autorités, qui invitent à la prudence. Des évacuations ont eu lieu à Ottignies, Grez-Doiceau, Jodoigne, Mont-Saint-Guibert, Court-Saint-Etienne et Tubize.

Des débordements sont constatés à Wavre et à Limal, mais des évacuations ne sont pas prévues à ce stade. Des sacs de sable sont distribués, et les autorités mettent an garde contre de possible coupures de courant. Alors que la Senne monte à Rebecq, des sacs de sable y sont aussi distribués, de même qu'à Tubize où la "situation s'aggrave, la vallée est noyée dont une partie du centre-ville", selon le centre de crise. Des routes y restent fermées de même qu'à Ottignies, Mont-Saint-Guibert, Chaumont-Gistoux, Court-Saint-Etienne et Grez-Doiceau.

Si la situation s'améliore à Chastre, avec la réouverture des tronçons fermés, des opérations de nettoyage pour les coulées de boue devront se poursuivre vendredi.

L'eau de distribution est jugée non-potable à Hélécine, signale encore le centre de crise provincial.

Hormis à Tubize, plusieurs centres de vaccination restent accessibles, signale encore le centre de crise.

6h20: des dizaines d'axes restent impraticables

La mobilité reste gravement perturbée au sud du pays avec des dizaines de tronçons routiers fermés à la circulation en raison des inondations, selon un bilan de la police fédéral tiré à 01h00 du matin vendredi. La province de Liège est particulièrement impactée avec les centres de Spa et Theux inaccessibles. Un trou dans la chaussée et un éboulement en travers de la route sont aussi constatés dans cette province. Le centre de Spa est fermé à la circulation et celui de Theux est inaccessible, signale la police fédérale. La N690 est fermée à Pepinster, où les voies de chemin de fer sont également sous eau. Plusieurs chaussées restent aussi fermées à Verviers et Stavelot.

La police signale un trou dans la chaussée sur la E42 reliant Saint Vith à Liège à hauteur de Polleur en direction de Liège. Néanmoins la chaussée est libre et la circulation est normalisée.

En raison d'un éboulement en travers de la chaussée, le passage est impossible, selon la police, sur la N633 à hauteur du lieu-dit "Ninglinspo". Une réparation en urgence va être effectuée, avertit la police.

Les chaussées inondées forcent toujours la fermeture de multiples autres chaussées dans des localités liégeoises. C'est le cas du tunnel Kinkempois dans les deux sens à Liège, de la sortie 5 à Ensival, sur la E42, de la sortie 41 à Tilff, sur la E411 en direction de Luxembourg. La voirie est aussi fermée sur la E25 à hauteur de Wandre en direction de Liège, mais une déviation est mise en place.

Des routes sont fermées depuis Aywaille vers Harzé, à cause de coulée de boue, et vers Targnon.

Enfin, la N61 à hauteur de Chaudfontaine est fermée dans les deux sens et de même que la N621 à hauteur de Fléron, et la N673 à hauteur de Trooz, la N672 à Jalhay, la N633 Esneux et Comblain au Pont , la N641 à Modave.

Ailleurs en Wallonie, la police signale d'autres chaussées inondées et fermées. En province de Namur, c'est le cas de la N99 à hauteur de Nismes, de la N86 entre Rochefort et Han-sur-Lesse, de la N911 à Beauraing. La chaussée est aussi inondée à Focant. La police recommande d'éviter la sortie 22 à Rochefort de la E411 vers Beauraing. La route est aussi inondée sur la N98 à hauteur de Velaine en direction de Fosses-la-Ville. La bande de droite est en outre obstruée à hauteur de la Bk 4.

Dans la province voisine du Luxembourg, les axes fermés sont la N833 (La Roche - Rendeux) à hauteur de Hotton et Rendeux, de la N86 à Bomal et de la N811 à Virton.

En province de Hainaut, les fermetures concernent la N567 à hauteur de Fleurus, et la N563 à Quevy.

Dans le Brabant wallon, le centre de crise provincial signalait en fin de nuit jeudi de multiples routes fermées, dont à Chaumont-Gistoux, Rebecq ou Mont-Saint-Guibert. Les centres de Court-Saint Etienne, Tubize et Grez-Doiceau sont fermés, et des axes coupés à Ottignies.

6h18: eau de distribution non potable à Huy et Marchin (Liège)

L'eau de distribution est jugée non potable en raison des conditions météorologiques dans les communes de Huy et Marchin, en province de Liège, communique la Compagnie Intercommunale Liégeoise des Eaux (CILE) dans la nuit de jeudi à vendredi. "La potabilité de l'eau qui vous est distribuée sur les communes de Huy et de Marchin ne peut plus, dès à présent, être garantie sans prendre le soin de la faire bouillir au préalable pendant 5 minutes minimum pour les besoins alimentaires, l'hygiène dentaire et les soins médicaux", prévient la CILE.

L'intercommunale indique en outre ne pas mettre en œuvre de "moyens alternatifs d'alimentation en eau" afin de pouvoir concentrer son personnel technique sur "le rétablissement de la situation".