"Un lourd bilan au niveau matériel, au niveau émotionnel, mais aussi au niveau humain": retour sur cette troisième journée d'intempéries

Retour sur ce troisième jour d'inondations en Belgique.

"Un lourd bilan au niveau matériel, au niveau émotionnel, mais aussi au niveau humain": retour sur cette troisième journée d'intempéries
©GUILLAUME JC

La pluie n’a cessé de tomber dans la nuit de jeudi à vendredi, mais au réveil, une grande partie de la population wallonne ne pouvait que constater les dégâts, nombreux. "En une seule journée, il est tombé l’équivalent de deux mois de pluie", a expliqué le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer (PS), lors d’une conférence de presse organisée vendredi après-midi. "La situation reste critique, mais la décrue a commencé et il ne faut donc pas exclure des découvertes macabres à l’avenir. Des assistants sociaux et des psychologues sont mobilisés." Des lieux d’accueil et des hôtels ont également été mis à disposition des sinistrés, permettant à plus de 1 500 personnes d’être relogées.

En attendant, l’angoisse se mêle à l’incertitude. Celle de retrouver son domicile sans trop de dégâts, mais aussi et surtout celle de retrouver ses proches sains et saufs. Car, selon le Premier ministre, il pourrait s’agir des inondations "les plus catastrophiques que notre pays a connues". Le bilan est effectivement lourd "au niveau matériel, au niveau émotionnel, mais aussi au niveau humain", a expliqué Alexander De Croo (Open VLD) qui a tenu, lui aussi, une conférence de presse. Au moment d’écrire ces lignes, le bilan officiel faisait état de vingt-quatre morts dont neuf personnes qui ont été identifiées. Vingt personnes étaient portées disparues.

La ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), le ministre-Président wallon, Elio Di Rupo (PS), et le ministre-Président flamand, Jan Jambon (N-VA), étaient présents aux côtés d’Alexander De Croo pour faire le point sur la situation. Ensemble, ils ont adressé leurs premières pensées aux victimes et à leurs proches, rappelant que tout est mis en œuvre pour apporter une aide physique, psychologique et financière.

Policiers, militaires et pompiers de tout le pays sont mobilisés et une aide étrangère a également été sollicitée. Plus de 250 secouristes, notamment de France et d’Italie, équipés de 20 bateaux de type zodiac et d’hélicoptères, viennent en aide aux équipes belges.

Appel aux dons et aux bénévoles

Annelies Verlinden a également communiqué des détails chiffrés. En plus des 20 personnes décédées et des 20 personnes portées disparues, la ministre a précisé que 112 communes ont été touchées et que plus de 40 000 personnes étaient privées d’eau, d’électricité ou carrément de leurs biens. "Ce sont des chiffres, mais ils reflètent un drame", a déclaré la ministre.

Le Premier a salué la solidarité, tant de la part des citoyens qu’entre les différents services de secours. Malgré une mobilisation massive, les dégâts sont importants et Alexander De Croo appelle à poursuivre l’élan de solidarité, expliquant qu’il était possible de faire un don à la Croix-Rouge, mais également d’être bénévole pour apporter une aide aux sinistrés.

Selon les dernières informations communiquées, les victimes vivaient quasi exclusivement en province de Liège. La situation est particulièrement dramatique à Verviers où au moins 6 personnes sont mortes. Des décès ont aussi été signalés à Trooz, Chaudfontaine, Eupen, Philippeville, Aywaille, Pepinster et Angleur.

Près de 41 000 personnes sont quant à elles privées d’électricité, notamment en province de Liège où l’accès à l’eau potable est problématique. Des communes de Namur sont également impactées.

Deuil national

En Flandre, les inondations se poursuivaient vendredi soir dans les provinces du Limbourg et du Brabant flamand, même si les pluies ont cessé, a annoncé l’Agence flamande de l’environnement (VMM). Comme beaucoup d’eau arrive encore en amont, de la Wallonie, et que les bassins d’attente sont remplis dans la plupart des endroits, les niveaux d’eau restent élevés. Aucune autre précipitation significative n’est prévue pour la semaine à venir, pointe, plus positivement, la VMM.

Enfin, Alexander De Croo a décrété un jour de deuil national le 20 juillet. Les drapeaux seront mis en berne dans tout le pays et une minute de silence sera observée à midi. Les festivités prévues pour la fête nationale, le 21 juillet, seront réduites. Le Bal national (prévu le 20 juillet) sera notamment annulé.