Après les intempéries, le deuil, puis la reconstruction

A la veille de la Fête nationale, l’heure n’est pas aux réjouissances, mais à la solidarité du Royaume avec les victimes des inondations qui ont frappé le pays à la fin de la semaine dernière.

Après les intempéries, le deuil, puis la reconstruction
©Belga
Laurent Gérard avec Belga

Ce mardi, jour de deuil national, la population est invitée à respecter une minute de silence de 12 h 01 à 12 h 02 en "témoignage de compassion envers les victimes et leurs proches", a annoncé le SPF Intérieur. À la même heure, le roi Philippe et le Premier ministre prendront part à une cérémonie à Verviers.

Lundi, en fin de journée, le bilan provisoire des intempéries s’établissait à 31 morts et quelque 70 disparus. 

Dans les zones sinistrées, la situation connaît sur le terrain une "stabilisation", selon le gouvernement fédéral. Après les sauvetages d’urgence et l’évacuation des survivants, les travaux de ces dernières heures ont permis de rendre à nouveau accessibles l’essentiel des zones sinistrées à la faveur du reflux des cours d’eau dans leur lit.

"Il s’agit maintenant de poursuivre la recherche des personnes disparues, d’estimer les dommages causés aux infrastructures de base pour l’eau, l’électricité, la mobilité et la communication, et de commencer les réparations provisoires ou définitives", selon le gouvernement fédéral.

Un soutien européen considérable

Réunis autour de la ministre de l’Intérieur, des responsables de la police, de l’armée et de la Protection civile ont souligné l’investissement de leur personnel ces derniers jours. Les pompiers des zones touchées ont reçu le renfort d’une centaine d’hommes et de matériel d’autres zones. La Protection civile a été déployée dans toutes les provinces touchées. Plusieurs pays (Pays-Bas, Luxembourg, Italie, Autriche et France) ont apporté un soutien considérable, en vertu du mécanisme européen de protection civile actionné pour la première fois en Belgique. Quant à la police locale et fédérale, elle a déployé 5 000 personnes (y compris des agents revenus de vacances ou des préretraités) à des fins diverses, qui vont du secours à l’organisation de la mobilité en passant par la protection contre les pillards. Enfin, la Défense a mobilisé 360 hommes et des véhicules comme des camions à haut châssis, des engins du génie ainsi que des hélicoptères.

Face aux questions qui se posent sur les moyens dont disposaient les services de secours pour faire face à une telle catastrophe, la ministre de l’Intérieur a annoncé la mise sur pied d’une commission d’évaluation, qui se penchera sur différents thèmes, une évaluation de la réforme de la Protection civile sous la législature est quant à elle en cours.

Sur le même sujet