Le Gouvernement présente les dernières mesures suite aux inondations: "Ça vous donne l'ampleur du drame que nous connaissons"

Pas moins de 202 des 262 communes de Wallonie pourront être admises au Fonds des calamités.

Le Gouvernement présente les dernières mesures suite aux inondations: "Ça vous donne l'ampleur du drame que nous connaissons"
© BELGA
La Rédaction (avec Belga)

Le bilan des inondations en Wallonie a été porté à 41 morts et deux disparus, a indiqué mardi le ministre-président wallon Elio Di Rupo, lors d'une conférence de presse aux côtés du Premier ministre Alexander De Croo et des autres ministres régionaux.

Le Gouvernement va reconnaitre dès demain les inondations du 14 au 16 juillet comme calamité naturelle publique. Il va ainsi définir l’étendue géographique et les communes dans lesquelles les inondations rencontrent les critères définis dans la législation. Pas moins de 202 des 262 communes de Wallonie pourront être admises au Fonds des calamités, a ajouté M. Di Rupo, sur base d'un rapport de l'Institut royal météorologique (IRM). "Ça vous donne l'ampleur du drame que nous connaissons".

Voici les communes concernées :

- Les 84 communes de la province de Liège ;

- Les 38 communes de la province de Namur ;

- Les 44 communes de la province de Luxembourg ;

- Les communes suivantes de la province du Brabant wallon : Beauvechain, Chastre, Chaumont-Gistoux, Court-Saint-Etienne, Genappe, Grez-Doiceau, Hélécine, Incourt, Jodoigne, Mont-Saint-Guibert, Orp-Jauche, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Perwez, Ramilies, Tubize, Villers-la-Ville, Walhain et Wavre ;

- Les communes suivantes de la province de Hainaut : Aiseau-Presles, Beaumont, Charleroi, Châtelet, Chimay, Ecaussinnes, Estinnes, Farciennes, Fleurus, Froidchapelle, Gerpinnes, Ham-Sur-Heure-Nalinnes, Les Bons Villers, Momignies Montigny-le-Tilleul, Pont-à-Celles, Sivry-Rance et Thuin.

Par conséquent, les habitants touchés par les inondations de ces communes pourront bénéficier d’une indemnisation financière de la Wallonie, si elles rentrent dans les conditions d’aide.

Un "commissariat spécial à la reconstruction"

Pour coordonner la reconstruction et gérer les mesures d'urgence, le gouvernement a décidé d'instaurer un "commissariat spécial à la reconstruction". Deux commissaires seront à sa tête, en les personnes de Catherine Delcourt et Sylvie Marique. Le Commissariat spécial est mis sur pied dès aujourd’hui pour une période d’un an prolongeable en fonction de l’évolution de la situation.

Parmi plusieurs mesures annoncées figure le lancement d'un marché stock de 750 conteneurs pour accueillir des activités économiques détruites par les inondations, ou encore des mesures de dératisation et de dépollution des hydrocarbures.

Lors des inondations, des citernes à mazout ont perdu leur contenu et des hydrocarbures se sont parfois répandus dans des espaces publics et des propriétés privées sans qu’il ne soit plus possible de déterminer l’origine des pollutions. Via un soutien régional de 2 millions d’euros, tout citoyen particulier, entreprise ou pouvoir public lésé pourra adresser une demande de prise en charge de cette pollution à sa commune. Il s’agit bien ici des pollutions qui ne sont pas couvertes par les assurances car l’auteur de la pollution ne peut pas être identifié.

Sur le même sujet