"Il faut se saisir du drame des inondations pour régler par le haut la situation des ménages les plus pauvres de Wallonie"

Les ménages les plus pauvres ne peuvent pas être les oubliés ou les perdants de la reconstruction, insiste Christine Mahy. La pression immobilière ne risque-t-elle pas de “chasser” les locataires les plus fragiles ? Le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté s’en inquiète.

"Il faut se saisir du drame des inondations pour régler par le haut la situation des ménages les plus pauvres de Wallonie"
©GUILLAUME JC
À Verviers, Pepinster, Chaudfontaine, Namur ou Dinant, les inondations ont touché durement de très nombreuses familles qui avaient déjà du mal à joindre les deux bouts. “On sait que dans la majorité des localités impactées, ce sont les gens à revenus modestes voire pauvres qui ont subi le pire”, indique Christine Mahy,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet